mercredi 13 juin 2012

Nigga in Hull - The End.


Mon aventure Hulliènne touche à sa fin et, après avoir posé mes grosses fesses sur mes valises pour les boucler, je profite pour faire un bref bilan avant d’entamer un périple d’environ douze heures pour m’échouer à Paris durant quelques jours. J’aurais souhaité rédiger ce dernier billet en anglais mais, je risque de m’essouffler vu le temps qui m’est imparti. Etudier à l’étranger est une expérience que tout étudiant devrait expérimenter au moins une fois. Ça m’a beaucoup apporté à la fois sur le plan culturel, personnel et bien entendu académique. Rencontrer des personnes venant aussi bien d’Allemagne que d’Inde ou de Hong Kong m’a emmené une certaine ouverture d’esprit et surtout, cela m’a permis d’être un peu moins ethnocentrique. Ça n’a pas toujours un marigot tranquille mais, comme on dit on apprends de ses erreurs ! Je mentirais si je disais que mon anglais ne s’est pas amélioré mais, mon accent reste compliqué.

Ce qui va le plus me manquer :
  •  Les cinq hot wings du San Remos ! Les kebabiers lyonnais devraient revoir leurs offres et baisser leurs prix pour s’adapter à la cible étudiante pendant que nous y sommes, tiens.
  •  Primark : les anglais(e) ont Primark, les françaises elles ont les boutiques chinoise  et les français eux, ont Rivaldi…Cherchez l’erreur !
  •  La vie nocturne anglaise : nonobstant du fait qu’ils arrêtent de faire la fête trop tôt, une année sans entendre « je suis désolé, ça va pas être possible ce soir, je vous laisse continuer au bout de la rue s’il vous plaît », ça fait du bien ! Je crois que je ne sortirais pas de sitôt en France.
  • Le 3ème étage du pozition ! Ah ça ! La musique y est dix mille fois mieux que celle que j'ai entendue dans la plupart ses soirées Afro-caribéennes que j’ai faites à Lyon.
  • Les commodités : Tesco qui ferme à minuit, la bibliothèque qui ferme à 1h ou le Foss Building qui est ouvert 24h sur 24h pour reviser, les anglais se la touchent en ce qui concernent les administrations (fermeture à 17h max) mais ils savent vous mettre bien (surtout quand il faut dépenser j'avoue).
  • Les anglaises et leurs (très) courtes robes: les cuisses, les cuisses, les cuisses!!! 
  • L'ASYLUM: un discothèque universitaire c'est quand même la classe et surtout, c'est l'assurance de toujours avoir un plan (de secour?) le samedi soir hein. 
  • Megabus: Hull - Londres à £1 (si vous êtes chanceux, mais maximum 15£)?!!
Ce qui ne va pas trop me manquer :
  • La gastronomie…Bon ça, on ne va pas en parler pendant dix ans non plus. Ceci plus le fait que même la piquette française soit meilleure que le vin anglais (dédicace à mon sponsor : le cidre). Vivement que je puisse revoler le rosé de maman. 
  • Le Harvard référencing : c’est le truc le plus rigoureux mais le plus chiant qu’il m’ait été donné de faire ! Pouah ! Ca a moins le mérite de vous forcer à travailler : impossible de rédiger tout un dossier la veille de la deadline. 
  • Le climat anglais : ce n’est pas qu’un cliché, surtout dans le nord ! A quoi bon s’offrir des débardeurs à Pimark si on n’a que très peu d’occasion de les mettre ? Tchip ! 
  • L'anglais: il n'y rien de frustrant que de ne pas pouvoir s'énerver ou se faire entendre dans une administration laxiste parce qu'on manque de vocabulaire.
Et après?
J’étais parti pour postuler pour les écoles de commerces mais, finalement j’ai décidé – non sans beaucoup d’appréhension – de mettre les études entre parenthèse l’année prochaine, et de me consacrer à l’entreprenariat. Je vais reprendre et procéder à la refonte d’un site de vente d’accessoires de voyage et, j’aurais très certainement à travailler en parallèle pour combler le manque dû au CROUS. Je me laisse ainsi le temps de mûrir mon projet professionnel afin de postuler à des masters en 2013 tout en ayant au moins une expérience à voloriser. Par ailleurs, j'ai mes marques en France, mais je me vois bien évoluer au Royaume-Uni plus tard...Je le perçois comme un pays d'opportunité, où l'entrepreneuriat est nettement plus encouragé qu'en France.
Mes recommandations?
  • Ne pas s’appuyer que sur la/les bourse(s) et prévoir des économies si vous souhaitez vivre votre expérience sereinement (sauf si papa et maman couvrent tout hein). Sinon, vous ferez des cauchemars à propos de votre compte en banque. 
  • Les anglais (qui sont plus à même de vous faire pratique l’anglais) sont très ouverts, accessibles et accueillants mais, copiner avec eux n’est pas aisé. Je veux dire que si vous souhaitez qu’ils vous invitent à prendre un verre, vous avez plutôt intérêt à intégrer un club sportif ou une association universitaire, bref à pratiquer un loisir. 

Je continuerais peut-être mes listes lorsque j'aurais davantage de temps mais, pour toute question supplémentaire, vous pouvez soit la poser dans les commentaires, soit directement par mail : essombaw[at]yahoo.fr. (Je m'excuse d'avance pour les éventuelles fautes).

11 commentaires:

  1. Très bon blog, moi je te conseillerai de monter à Panam, la capitale, y a que ça de vrai (Lyon, la province et le reste, c'est pas la vraie vie là-bas...)
    Je me demandais aussi si c'était normal que tu te fasses agresser à chaque post par des filles qui te parlent de colonisation quand tu parles juste de l'Angleterre ? (je parle de ton précédent post sur Hull) ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça, je me le suis aussi demandé, mais je commence à en avoir l'habitude à force!

      Supprimer
  2. Les posts "Nigga in hull" vont me manquer.En tout cas je te souhaite bon courage pour tes projets d’entrepreneur et tout le reste.
    PS:un grand merci pour tout tes articles sur ton expérience en angleterre sa ma encore plus motivées pour y aller et réaliser mes projets :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Binti et, ravi d'apprendre que cela t'a aidé. :)

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Tes posts "Nigga in Hull" ont été une super idée, j'ai bcp ri. Et ils m'ont donnés encore plus envie de partir effectuer une année Erasmus dans 2 ans. Bon peut être pas à Hull...
    En tout cas je te souhaite bonne chance pour tes futurs projets!!! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux, en espérant que toi aussi tu vas enjoy Didja ;-)

      Supprimer
  5. Malgré les points négatifs (y en a tjrs), on sent que l'expérience t'a marquée de manière très positive :)

    Blingcool ne pars pas à Paris, la Province a besoin d'être boostée par des jeunes avec des projets ! Tout Paris est peuplé de provinciaux qui donnent leur talent/idées cadeau comme ça au parisiens, y en a marre lol.

    Après, c'est vrai que t'as moins de chance d'être vu/entendu en province comme il n'y a pas vraiment de moyens mis à disposition. Mais en même temps si on part tous, comment veux-tu que ça évolue ? Bref, c'est un cercle vicieux.

    Sinon , j'ai l'impression que t'as bcp d'idées derrière la tête... on veut savoir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus j'aime assez la province! Je trouve Paris extrêmement cher et difficile à apprivoiser. Le souci c'est qu'en plus, ça concentre toutes les activités 'intéressantes'. Ahah pour mes idées, continuez de suivre mon évolution sur mon blog ;-)

      Supprimer

Ah, c'est bien, faut pas faire timide comme ça! Merci

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.