mardi 19 juin 2012

LABO ETHNIK 2012 VU PAR BLINGCOOL


Le 15, 16 et 17 juin a eu lieu la 6ème édition du Labo ethnik, le salon des créateurs de mode du monde. En tout, plus d’une cinquantaine de créateurs venus des quatre coins de la planète ont exposé leurs produits : vêtements, sacs, bijoux, accessoires, etc. Hormis le bref passage que j’y ai effectué le samedi 16 en fin d’après-midi, j’ai surtout eu l’occasion d’assister au défilé qui a eu lieu le vendredi 15.

C’est vers 19H10 que je me pointe tel un chef d’Etat Africain à l’entrée du défilé qui est censé débuter à 19H. Rapidement, je me retrouve – par je ne sais quel stratagème – installé au premier rang (comme les stars dans les Fashion Weeks), à côté d'Eva de Roots Magazine. Si je m’attendais à ça, j’aurais cassé ma dernière valise et je me serais habillé pour blesser, jusqu'à mettre des lunettes de soleil à la Anna Wintour. A mes pieds, un sachet Minzani contenant un échantillon de shampoing a été placé devant chaque siège réservé à la presse. Je réserve ça pour tantine ! Pour le moment, quelques têtes me sont familières : l’équipe du magazine de FashizBlack, Fatou du blog Black Beauty Bag ou encore Dieyson que j’ai croisée à mon arrivée. Puis, c’est la chanteuse Lynsha qui rejoindra sur un pas pressé la présentatrice Ayden en face de moi, suivie par Sandra Bisson d’Activilong. Plus loin sur la même ligne que moi, c’est une Corinne Coman, ex-miss France, que je crois avoir distinguée, toujours aussi rafraîchissante qu’un corossol depuis son règne. Une marmaille de photographes s’installe tandis que moi j’essaye – à coups de langues - de faire que mes lèvres desséchées ne ressemblent pas à des croutons de pains.


Le coup d'envoi est lancé par Olympe 75018 sur une musique entraînante. Un mannequin entre le visage attaché comme un met de pistache. Sa coupe lui donne des airs froids de marâtre. Je suis impressionné et amusé par sa démarche mais je me retiens de rire : on ne fait pas ça. Les silhouettes se suivent et on enchaîne avec entre autres Weni, Hystericos, Vicky Muzani, Taibo Bacar, Zankara, Yossa B., NkooWuka, Soucha, Kluk CGDT, le tout ponctué par les remarques amusantes et acerbes d’Eva et moi. Mbatio Beye, Miss Black France 2012, défile également, ainsi que sa dauphine, Romy Niaba. J’essaye de ne pas trop scruter les donzelles de haut en bas car on m’a à l’œil. Mon pauvre cœur tombe en panne en voyant débouler les deux brésiliennes de Taibo Bacar et, j’apprends qu'Eliette Lesuperbe n’est pas d’un créateur Zaïrois mais d’une créatrice guadeloupéenne.

Sur le podium, Wax, Bogolan ou soie se mêlent à travers des coupes épurées…En fait je n’en sais strictement rien ! Je voulais juste mimer les écrits de spécialistes en la matière. Pour moi, il y a eu beaucoup de talent et de créativité. C’était parfois un peu trop excentrique, voire de mauvais goût, mais pour une première ça reste une expérience fascinante. Je ne sais pas comment font ceux et celles qui courent de défilé en défilé durant les semaines emménagées pour des évènements de mode dans l’année mais, même en restant assis j’avais mal au dos au bout d'un certain temps hein.

1 commentaire:

  1. il suffit de mettre du baume à lèvres loll :)

    RépondreSupprimer

Ah, c'est bien, faut pas faire timide comme ça! Merci

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.