mardi 17 avril 2012

La suite. La fin.

(c) Photo: Temi Adebayo - Tumblr

J’atterris dans un lycée Scientifique en MPI-ISI, l’équivalent de la classe de têtes d’ampoules de Malcom (la série). L’entrée y est très sélect. Les filles ne sont pas très jolies, et les mecs sont tous bizarres. En plus, ils mesurent leurs sexes à la règle, dessinent des pénis à la moindre occasion et ne comprennent pas pourquoi je prends une douche le matin plutôt que le soir: “tu ne te salis pas la nuit, lorsque tu dors”. Oui, Bon... D'ailleurs les filles non plus ne le comprennent pas et ça par contre, ça craint vraiment. Rebuté en l'apprenant, je fais la grève du bisou matinal - à toutes les filles pour dire bonjour - pendant une semaine. Et puis, traîner avec tous ces blancs me demandent énormément d'efforts. Je ne comprends pas leur humour: je ne sais jamais à quel moment il faut rire, ou je rate simplement la chute des blagues. En revanche,  je maîtrise très vite le concept du je rigole“Tu pues de la gueule! Je rigoleeeuh! Allez pour me faire pardonner, tiens un chewing-gum.” 

Entre temps, j’apprends que les arabes, nos cousins, ne sont pas des métis et que Kassav - qui a bercé mon enfance - n’est pas un groupe zimbabwéen (ou whatever) mais antillais, une nouvelle espèce de noirs qu’il va falloir apprendre à connaître. Ca en fait beaucoup d'un coup. Pour le moment, je ne veux traîner qu'avec des noirs Africains qui viennent de vers chez moi et à qui le fait que je rappelle les parents blédards modère le caractère hautain à mon égard. Pas par exemple ceux qui crachent partout comme des lamas et jurent sur leur mère/grand-mère/la Mecque/ le Coran comme le font certains cousins.
Seulement, après le BEPC, une bonne partie d'entre eux s'est dirigée vers des BEP.

Quant à moi, je me suis visiblement trompé de voie. Du coup, je dors au premier banc et pendant les devoirs de maths, si la prof ne me souffle pas un peu, je dors aussi. A ma mère, je joue la carte du racisme: “le prof de physiques, il ne m'aime pas hein, sache-le. La dernière fois, il a carrément regardé mes oreilles plus que celles des autres! Voilà pourquoi j'ai des notes pareilles”. Mais la mater ne nous a jamais confortés dans une position de victime et nous a toujours encouragés à ignorer le racisme, tout en nous gonflant à bloc. Je trouve donc une autre ruse. Je feins la dépression en rentrant d'un devoir pour me voir entendre à la remise des notes “tu vois, tu n'as pas eu zéro comme tu pensais. Tu as quand même eu cinq sur vingt”.
Des fois en cours, la prof me demande quand même de lire l'énoncé d'un exercice pour “apporter du soleil avec mon accent”.  A la fin de l'année, elle m'apprend - sourire aux lèvres - que compte tenu de mon profil, une première STG serait plus adaptée. Tu es bien gentille la vieille mais contrairement à dans le temps, je suis désormais le mieux placé pour savoir ce que je veux. Et là à l'occurrence, j'ai bien l'intention d'intégrer la voix royale que représente la section scientifique. Le premier redoublement de toute ma vie. A cette époque, je crois que le pater qui a toujours tout misé sur moi aurait plutôt préféré que je lui annonce que je suis pédé.
Après ma deuxième seconde, puis deux ans durant lesquelles ma moyenne ne sera jamais un  nombre entier à deux chiffres, je finis par obtenir ce putain de Baccalauréat Scientifique avec mention, et j'arrête de côtoyé les Sciences à jamais.

9 commentaires:

  1. roooh ben voyons les sciens c'est tres bien!! dis une ancienne Tls S option Physique Chimie qui a quand meme eu toute son année de terminale 5 en maths. Toutes façons c'était la moyenne de la classe alors.. pour ce que ça vaut :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah j'avais quand même 6, moi. Par contre j'avais à peu près la même chose en Physiques - Chimie, la matière la plus ennuyante qu'il m'ait été donné de faire perso, lol.

      Supprimer
  2. Oh, des homologues bacheliers S, ça fait plaisir. Les moyennes durant l'année de terminale sont très différentes des notes au bac. Je faisais S option maths, je n'avais jamais eu plus de 10 dans l'année en maths (et 10, je ne l'ai eu qu'une fois) et je me retrouve avec 15 au bac...coefficient 9!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que ça diffère carrément du BAC, et heureusement car je me voyais au rattrapage et même pire...On nous a toujours dit que les spé MATHS en bavent pendant l'année mais se gavent au BAC. AhAh

      Supprimer
    2. ah oui les camerounismes lolll ,on a à peu près le même parcours sauf que je suis arrivée en seconde ! sans être prétentieuse j'ai trouvé les cours tellement facile ici , la méthodologie qui exige esprit critique capacité d'analyse et autonomie intellectuelle était parfaite pour moi ( thxs dad!) j'ai passé mon lycée les pieds en éventail, j'ai fais juste le minimum pour avoir 10 et pour mon bac scientifique spé bio j'ai révisé une semaine avant et j'ai eu les 10 que je voulais lolll pas plus pas moins

      Supprimer
  3. Tu en as eu de la chance Ahah, pour moi c'était le FRONT. J'y ai laissé quelques neurones. Mais j'ai été bien récompensé au Bac, donc ça va.

    RépondreSupprimer
  4. you chercha you trouva.yo117 trouva you supporta mon frère!

    RépondreSupprimer

Ah, c'est bien, faut pas faire timide comme ça! Merci

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.