dimanche 27 novembre 2011

Nigga in Hull part 6


DJ Fresh ft Sian Evans - 'Louder'

Lundi dernier, j'ai fait une rencontre assez improbable, le genre où tu te demandes si c'est quelqu'un qui l'a programmée. Nous venions de descendre une bouteille de rosé et nous nous dirigions excités vers le Piper. M'étant arrêté pour retirer des sous tandis que les autres avançaient, je m'empressais de les rattraper  lorsque je me suis fait interpeller par un tonton noir. L'homme m'interroge: « Are you going to the Piper?»«Yes», réponds-je, enjoué et curieux de savoir ce qu'il me veut. «Ok, but before, just a few minutes, you have to know something». (Huh?! Whout the fouck encore mon frère?) Ma curiosité est à son comble, je tends l'oreille, mais pas trop, le rosé m'a mis bien. 
         Il se lance alors dans un speech moralisateur: Je suis jeune, il ne faut pas que je vienne me perdre ici. M'encourageant à faire attention et à continuer mes études à l'université. Jusque là, c'était casse-couille mais véridique, ça ramenait à la réalité. Je me demandais si c'était ma mère qui l'avait envoyé car, il avait raison mais, me faire décuver comme ça dans la rue, ce n'était pas gentil. Et puis, il mentionne Michael jackson, m'annonce qu'il a signé avec le diable (Really?!). Que chaque matin, il se levait avec une chanson en tête, et c'est pour ça qu'il a fini laid comme ça (Oh sh*t). Il me met en garde, lorsqu'on signe avec le Diable, c'est fini, seul la mort peut nous en séparer. Il me raconte comment toutes ces stars de Beyonce à Jay-z ont contracté avec le Devil pour le pouvoir et l'argent (illuminati?). «Do you know Will Smith ?»je lance un «Yeah»exaspéré. «He is gay, he take d*ck in his *ss» (tchiéééé!). On en arrive à Tupac, lui aussi aurait signé avec le diable mais c'était un rebelle. Il parait que je-ne-sais-quel producteur l'aurait invité à participer à des partouzes homosexuelles et qu'il aurait refusé, d'où sa fin tragique. Et là, il me fait comprendre que si je ne fais pas attention, je risque moi aussi de me faire abattre en pleine rue. 


        Je prends peur, recule légèrement. SASKOI? Je réalise que c'est souvent comme ça que les faits divers les plus tragiques commencent; j'entreprends alors de guetter dans son sachet lorsque j'aperçois une bouteille d'alcool. Il me regarde en souriant puis me dit que lui il est déjà sur la mauvaise voie et de ne pas faire comme lui (Ahhhh booooon! Sans blague). J’acquiesce et lui demande à  continuer mon chemin.  Il est d'accord, à condition que je réponde: »is the Pape is God?» »Yes (?!!)» »NOOOOOOOOO the Pape is the Devil!». (aaaaah est-ce que je "savaissais", ce n'est pas mon grand-père). Il se met à me gronder dans la rue, sous les regards amusés des derniers passants, me demandant de répéter: »The pape is the Devil»; ce que je m'empresse de faire le visage attaché: »The Pape is the Devil»»Okay now go to your party, God Love you!» (franchement, est-ce que c'est le genre de truc qu'on dit à quelqu'un qui voulait choper et boire? Après m'avoir fait décuver pendant 15 minutes qui plus est). 
           J'ai finalement réussi à me rendre au Piper et, 3 heures plus tard, en ressortant, qui ne vois-je pas en train de tuer un morceau de poulet qu'il venait d'acheter chez le pakistanais du coin. Malédiction! J'essaye de me faire discret, traversant et marchant d'un pas pressé lorsque j'entends »Oh my friiiiiiend!». Malchance! »Sourry I'm tired» »Wait wait wait!» »no i'm very Tired» »Few hours ago you were smiling and fresh, now you're just "Noooo imma tireeed"» a-t-il osé dire en imitant ma démarche. »So, how many numbers did you get» »two» »what?! Just two?» (C'est quoi j'étais supposé chasser pour nous deux?). Perdant patience, je me lance: »are you SDF?» »What?» »Don't you have home» »Oh I have a big home» » So why are you still here, back to your home» » I'm boring man, I don't have any woman to stay with, but I have a big house, with a big TV like this, I can show you if you want» (tcheeeeu c'est déjà jusqu'à là bas???! Mieux je te crois sur parole! L'homme qui me parlait de dick and ass veut me montrer sa télé. Fiche la paix). 
              Entre temps, nous avons dépassé ma maison car je ne voulais pas qu'il découvre mon adresse. Plus loin j'ai réussi à le semer, et rebrousser chemin. Ce lundi soir, je n'irai sûrement pas au Piper. 

4 commentaires:

  1. Oooouuuuuuhhh ça c'est une rencontre du troisieme type! En tout cas tu es courageux hein lol. je serais seulement partie en courant à ta place, dès le début mdr Et il confirme que Will est gay?! LOL il en sait des choses. Mais l'histoire de Tupac me wanda tellement mdr. Jamais entendu cette version MDR C'est la plus déjantée! Aaaahahah. Tu en vis des choses!
    Merci pour cette rigolade.
    Sev_Sissy

    PS. Finalement tu as qd mm profité de ta soirée au Piper?

    RépondreSupprimer
  2. Ah C'est vrai qu'il en savait des choses. Et le fait qu'il m'ait dit avoir une grande maison et une grande TV par la suite ne le rendait que plus suspicieux. Mais j'ai tout de même pu profiter de ma soirée au Piper, même si le début était dur.

    RépondreSupprimer
  3. C'est bizarre le moment où il te dit de dire "the pape is the devil" avec tout ce qu'il a dit. N'empêche à ton récit il semblait être conscient de ce qu'il disait malgré la boisson qu'il avait pris. NB: Son but était que tu n'ailles plus au Piper, il a réussi au moins pour une soirée. "Ce lundi soir, je n'irai sûrement pas au Piper"

    RépondreSupprimer
  4. Putseeeeeun y 'a qu'à toi que ça arrive ces trucs là! Hahahaha!
    Pardon mais déjà ta malchance de côté là, si je viens te dire bonjour à Hull. Je ne veux pas de problèmes oh!

    RépondreSupprimer

Ah, c'est bien, faut pas faire timide comme ça! Merci

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.