dimanche 11 septembre 2011

Je déclare ma flamme à Cassandra VENTURA


           Cassie,


           Ce n'est pas du tout dans mes habitudes d'écrire des lettres aux gos pour leur déclarer mon ndolo mais, dans ton cas, c'était la seule solution envisageable: je t'aurais eu en face que mon coeur aurait vite fait de tomber en panne vu le vacarme que tu suscites chez lui. Déjà, rien que le fait de consulter tes photos me donne des palpitations que seule une assiette de plantains fris peut atténuer; et encore, je préfère ne pas te décrire la situation dans mon caleçon tant des fois, on se croirait à Bagdad. Ce qui m'attire? Tu es comme le cochon: tout est bon dans, pardon, sur toi. Ta bouche, sensuelle, m'évoque une mangue bien juteuse, prête à pourrir; tes yeux, joliment bridés, te donnent cet air candide à la Bambie lorsqu'on s'apprête à cuisiner sa mère (en fait je n'ai jamais vu Bambie, j'étais plus Kimbo et Kita). Et ton nez...Euh, ton nez se trouve entre ta belle bouche et tes beaux yeux. Tu sais, je n'oublierai jamais ce matin où je me suis réveillé, ai allumé mon ordinateur, consulté mon Flux RSS pour tomber sur ces photos de toi, la tête à moitié rasée. Paniqué, les seuls mots qui me vinrent alors à l'esprit furent «Good Girl Gone Jument/cheval». (Version française: Il y a même quoi non Cassie?). J'ai alors cru que quelque chose s'était brisé en moi et s'en était allé avec cette portion de cheveux, que tu me plairais beaucoup moins et que j'aurais probablement à te remplacer. Mais nous sommes en 2011 et, la prolifération de «Cassie fait-moi-peur La Merveille» dans nos rues t'a hissée au rang de modèle, te valorisant au point de conserver intacte l'attirance que j'ai toujours eu pour toi.  Et si évoquer ces photos coquines de toi qui ont été volées et ont fait le tour de la toile c'est pécher pour moi, je peux d'ores et déjà t'assurer que ton apparition dans la pub récente de Calvin Klein a inséré ce spot publicitaire dans les classiques de ma bibliothèque pornographique.

      Pourtant, tu es loin du genre de ngas auxquelles je m'intéresse d'habitude. Généralement, j'apprécie qu'en plus d'avoir un bon bobaraba, elles aient également un bon bagage intellectuel. Disons-le franchement, Cassie, jolie bébé, dans le microsome des stars, tu es un peu comme la doudoune en Afrique: tu ne sers à rien. Et même les quelques notes de chansons que tu pousses, encore et encore, ne valent pas mieux que les cris d'une chèvre qu'on égorge. Alors, soit tonton Diddy est beaucoup moins généreux avec ses «deuxièmes bureaux» que Jay-Z, soit il n'a pas le génie créatif en Marketing de ce dernier qui a tout de même su usurper le statut d'artiste pour l'attribuer à Rihanna, ta congénère, presqu'aussi vocalement douée que toi. Et puis, physiquement, entre nous, je ne serai pas contre le fait que tu manges encore un peu de Ndolè. Dans ma culture, les formes ce ne sont pas des options: qui n'en a pas est la femme du blanc. Et toi, des fois, on a l'impression que tu fais le ramadan toute l'année, c'est à se demander si pendant les repas de famille, toi, on te rangeait au garage. Si je t'emmène dans ma famille, le jour où tu vas commencer à prendre des formes, toutes les tantines vont te féliciter comme on félicite une mariée qui vient de perdre sa virginité en pays Soninké: «tu deviens une femme ma fille».

       Après de tels propos, tu dois te demander, que diable, je peux bien te trouver alors, non?
      Tu sais, bien que les moeurs aient commencé à évoluer ces derniers temps, chez moi, les femmes à la peau claire ont toujours été très prisées au grand désarroi des femmes au teint foncé, beaucoup trop noires »cramé/ciré/charbon».  Pour un homme, sortir avec une femme  «brune» comme on dit, est un signe de réussite et de statut social; la femme brune fait briller en société et confère même à certains la beauté qu'ils ont toujours cherché avec la torche. C'est pourquoi, lorsqu'on est en couple avec une femme claire de peau, on l'exhibe comme un trophée. C'est un peu comme avec ces voitures sportives qui coûtent la peau du ndombolo: elles te font grimper en haut du cocotier (socialement parlant) mais, dans les faits, sont beaucoup moins confortables que les bougnas traditionnelles. On les sort pour les grosses virées ou pour attirer l'attention dans la rue mais au quotidien, on les troque contre des caisses basiques, plus adaptées pour les courses traditionnelles à long terme. Et si demain dans la rue, un dragueur aventureux t'interpelle en criant «hey joli teint commercial» comme on vous surnomme, ce n'est pas par hasard: le commercial a du succès,vend du rêve, est superficiel à souhait, éphémère, et fatigue à la longue. Ajoute à tout cela qu'une femme brune est plus coûtant en terme d'entretien, qu'elle n'a d'autres buts dans la vie que d'être belle-et-se-taire et, on n'est pas loin des clichés que les hommes occidentaux rattachent à la femme blonde platine.  Finalement, on se rend compte que, noire foncée ou claire, chacune en prend pour son grade, ce qui diffère fondamentalement du débat »Dark skin vs Light skin» avec lequel vous, afro-américains dérangez les gens depuis. Du coq à l'âne, juste en passant, en plus, une comme toi là, mannequin comme tu es, lorsqu'on te voit, on se dit qu'une fois mariée, après un gosse, voire deux, tu seras carrément hors-jeu, ce n'est pas rentable. 

      Mais ne t'inquiète pas, je n'ai pas dit que je voulais t'épouser. Ceci dit, mine de rien, comme  Colonel Reyel, toutes les nuits je pense à toi, main dans le caleçon. Tu es le piment de mon poulet, le sucre de mon tapioca, le gazoil de ma kimko et ta personne m'éblouit comme un noir qui sourit dans le noir. Sans toi, ma vie serait comme une omelette sans persil et cube maggi : fade. Donne moi l'occasion de t'illustrer mes impressions.  Je te ferai vibrer comme un Blackberry en réunion de travail et, je m'assurerai que tu te sentes aussi importante qu'un Tilapia assaisonné, braisé et posé dans l'assiette d'un sous-préfet. 
        Si tu n'as pas crédit chérie, Poke moi sur Facebook et, nous discuterons des modalités de ce Contrat à Durée Déterminée qui nous attend. 


Je te fais des bisous un peu partout, répartis ça comme tu veux là bas.


Blingcool. Ton blédard préféré.

4 commentaires:

  1. La petite soeur de ma meilleure pote, est son sosie parfait.

    RépondreSupprimer
  2. Ekié, le ndolo là a déjà atteins un autre niveau..

    RépondreSupprimer
  3. @Angela, De déjà faire les présentation =). Quoique si tu dis petite soeur, c'est qu'elle doit être bien plus jeune que moi. Je ne veux pas les problèmes ooh.

    @Anonyme, sans atteindre? Quand je vous dis que je ya mo la nga vous lapez hein? =)

    RépondreSupprimer
  4. Tu me tues Tonton ! Saches que tu seras son 20 bureau comme on dit chez nous mdrr

    RépondreSupprimer

Ah, c'est bien, faut pas faire timide comme ça! Merci

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.