mercredi 12 janvier 2011

L’anecdote du jour : la Belle, le Blédard et Dieu – Tome II : Rendez – vous manqué avec Dieu ?

Si tu as déjà oublié le début de l'histoire, ou n'es même pas au courant, fais donc un petit tour par ici tonton ou tantine ;)

La belle, le blédard et Dieu
Dimanche venu, je comptais marquer le coup pour ce « second rendez-vous ». C’est pourquoi, j’ai sorti ma dernière valise et je me suis mis sur mon 31. Frais comme un maquereau, je pouvais blesser uniquement en marchant.
Comme convenu, L. est venue me prendre à l’arrêt du Tramway, encore plus pimentée que la veille. Mince ! En la voyant, mon cœur s’est bloqué ; j’ai senti comme des palpitations,  le corps s’est mis à me gratter comme si j’avais la gale.  Mais quand j’ai vu le lieu du culte hein, je n’ai pu m’empêcher d’hurler :

« Po – Po – Po - POOOH donc c’est comme ça que l’endroit-ci est CORRO CORRO ??? (Cf. Très Très vieux)  - Djééé – Djééé»

Il faut dire que la bâtisse était pire que lugubre, montée avec des planches pourries qui lui donnaient des allures de camps roumains. Même Jésus, aussi bon qu’il puisse être aurait sûrement refusé d’y aller prêcher. J’avais peur qu’en passant le pas de la porte, ça s’écroule seulement sur nous, d’autant plus que je me trouvais beaucoup trop bien habillé pour l’endroit. Pourtant, je m’y suis aventuré, L. était avec moi, je ne craignais rien, jolie bébé comme ça. Nous avons donc pris place, quelques minutes avant le début du culte, et je me suis mis à bouger mes lèvres pour faire mine d’avoir tout capté tout de suite.

Les gens étaient beaux et bien sapés ; on se serait cru dans un rassemblement de « sapelogues ». Moi et mes « trop habillant » vêtements venions de recevoir une leçon qui m’a cloué le bec. Je faisais désormais tâche, et j’avais bien l’intention de me faire discret. Et en voyant tout ce beau monde vêtu de Louis n'Vuitton, n'Gucci, Chaneyl et autre  (made in china?), j'ai seulement dit: « Amen, amen, donnes alors ma part maintenant Seigneur  ! ».


L’office battait son plein. Le monde chantait et dansait, rien à envier aux grandes soirées dansantes des discothèques. Même les vieux que tu avais vus avec une canne quelques minutes avant tournaient déjà les fesses; à se demander si on parlait toujours du même Dieu tellement les fesses balançaient. Je m’y plaisais même. La cérémonie était dirigée par un jeune homme très élégant qui nous fit part de son parcours avant de nous exhorter à la première phase de prière. Ce qu’il avait omis de mentionner, c’est que la prière était individuelle et surtout qu’il s’agissait là de la « prière en langue ». Vous ignorez sans doute de quoi il s’agit, et bien moi non plus jusqu’à ce jour. Tout ce dont je suis au courant d'après mes observations, c’est que ça se passe entre le fervent croyant et Dieu qui sont les seuls à se comprendre. Pour le novice que j’étais, cela ressemblait juste à un bon charabia d’autant plus que chacun, yeux fermés,( L. comprise), marmonnait dans la salle, sa version à lui. Je fermais également les yeux pour me fondre dans la masse, en ouvrant un de temps en temps, l’air de dire « EKiéééééééééé ce n’est pas encore finiiiiiiiiiiiiii de puiiiiiis là ?????? ». Voyant que cela ne finissait toujours pas, j’ai entrepris de jouer le jeu, notamment en calant quelques mots en ma langue, histoire de paraître « normal ». Pourtant, j’ai beau être blédard, mes parents m’ont trop souvent parlé français, et les seules phrases qui me vint en ma langue furent celles d’une chanson tribale, devenue tube au Cameroun. C’est ainsi que je me mis à répéter :

“Anga so yé djé ? Anga so yé dam! Vere'ikalit I zout yi, beng i katéré'a zout nyo ! Vere’ikalit I zout yi, beng i katéré’a zout nyo! ”

(Grosso modo: Elle (ta femme/copine) est venue avec quoi ? (sous entendu qu’a-t-elle apporté ?) Elle n’est venue avec rien. Seulement avec cette brouette de fesses/ ce bulldozer de fesses/ ces fesses grosses comme un Caterpillar…)

 Je l’ai répété instinctivement, en sachant pertinemment que personne ne comprendrait et donc que je ne risquais rien (un peu dans la même optique que de faire mine de parler au téléphone, tout en prenant le risque de parler seul dans la rue). Mais j’avais visiblement oublié à qui je m’adressais car, hasard ou non, c’est relativement à ce moment que surgirent les premières « transes ». Nous étions tous debout, concentrés chacun dans son coin, dans un brouhaha énorme quand, une dame, bien dodue, sur la même ligne que moi, dans la rangée d’en face, s’est mise à trembler comme un poulet atteint de la grippe aviaire. Tchiééé, tout le monde semblait imperturbable, sauf moi, désormais effrayé. La go continuait de gesticuler tandis que les prières se faisaient de plus en plus vives ; On aurait dit un poulet à qui on venait de couper la tête. Et comme poulet décapité, elle s’est mise à divaguer dans tous les sens, et c’est comme avec force d’hippopotame qu’elle fonçait maintenant dans ma direction (Tu pars où ??? où ???). Mes jambes se mirent à trembler, comme si je dansais le Kwasa Kwasa ; un coup d’œil à gauche, un autre à droite, personne n’était pour l’intercepter.

« Ah ! Si c’est Dieu qui est entrain de te transporter, lui seul il sait là où il t’emmène non?», me suis dis – je, en m'écartant tranquillement au lieu de l’intercepter pour qu’elle ne se fasse pas mal. En plus comme dit le proverbe : « il ne faut pas mettre son doigt entre l’écorce et l’arbre ». Et Vlan, elle a fini quelque part dans le mur, je n’ai pas regardé pour ne pas culpabiliser. Là, on est venu la recouvrir d’un drap, alors que la scène se reproduisait un peu partout dans la salle.

» » » PROCHAIN EPISODE : PART 3 – MAUVAIS ESPRIT ?

7 commentaires:

  1. Roflmaooo! C'est excellent! 5minutes de bons rires :D

    RépondreSupprimer
  2. aaaah çaaaaaa!
    Je comprends ce que tu as vécu! je l'ai moi-même vécu une fois et ça m'a laissée perplexe (et pourtant je suis moi-même chrétienne évangélique)!

    Pardon tonton! la suite!

    RépondreSupprimer
  3. tssssahahahah! le poulet qui a la grippe aviaire. Moi mes pieds m'auraient deja emmene a l'exterieur, c clair. Sa quand meme flippant

    RépondreSupprimer
  4. Viiteee vitee la suiteee !!!

    RépondreSupprimer
  5. Naaaaaaan XPDRRRRRRRRRRRR !
    toi t'es la pour nous achever seulement !
    Impatiente pour la suite ;)

    RépondreSupprimer
  6. Enormeeeeeeeeeee j'ai adoré le passage sur le poulet atteint de grippe aviaire!!!

    RépondreSupprimer

Ah, c'est bien, faut pas faire timide comme ça! Merci

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.