jeudi 6 janvier 2011

En découdre avec la mythologie des métissages

A une ère où la mondialisation transgresse les frontières ; à une époque hantée par les fantômes de crimes atroces à l’origine desquels se trouvent racisme, antisémitisme et tribalisme, la tendance est de rabâcher combien « le métissage c’est l’avenir ». Pour autant, ce qui devait se comprendre au départ comme « culturel » - quoique bien aussi vague comme mot – se voit aujourd’hui approprié par chacun qui y attribue sa propre définition. Ainsi par exemple, « les métis sont les plus beaux », se dit-on, en espérant que personne n’y retrouve à redire puisque nous y sommes tous plus ou moins trempés; pas de jaloux donc. Et MIEUX, le discours populaire nous exhorte même à nous métisser : noirs, blancs, jaunes, copulez plus entre vous afin de vous inscrire dans une logique d’une descendance métisse, et donc plus belle, bonne et totalement antiraciste. Et quiconque s’y oppose, quelques soient ses arguments, se verra aussitôt taxé de raciste, ou au moins prédire une descendance bancale due à une trop forte consanguinité(1). Car aujourd’hui, c’est l’éloge de la « créolité » : il faut se mélanger sous peine d’écoper de cabris en guise de mioches, non ? S'imposent alors deux choix : on est soit pour le métissage, soit contre le métissage. Un peu comme si les hommes et femmes de tous groupes ethniques, avaient attendu LE SIGNAL pour ENFIN pouvoir forniquer entre eux, sans prendre en compte leurs appartenances ethniques respectives.


Et bien NON, le métissage quelque soit son sens aujourd’hui est naturel et ne nécessite pas qu’on le promeut. C’est un fait, carrément une conséquence, mais de là à le transformer en cause, ça en devient aberrant, pire, malsain. Alors bien sûr, certains voudront me fermer la gueule d’emblée et m’accuser de généraliser, voire de n’avoir rien compris à cet apologie du métissage, en somme à la vie. Mais toujours est-il que, aussi élevé que puisse être le débat avec les « pro-métissage », on se rend vite compte qu’ils tendent à combattre le racisme par une théorisation de « l’antiracisme » via le métissage. Autrement dit, face à une segmentation du genre humain en « races plus ou moins différentes entre elles », eux, trouvent comme solution de recommander, et même DICTER une seule et unique « race », issue du mélange de toutes.

Je pense surtout à ces hommes et femmes noirs, qui voient dans le fait de donner naissance à un « petit bébé métis » un acte profondément militant contre le racisme. Nombreux sont ceux qui identifient dans le métissage biologique, l’aboutissement du métissage culturel. Ils n’ont pas compris que l’un va sans l’autre, et que ce n’est pas là, la solution contre le racisme. Pire, on retombe vite dans un nouvel « hégémonisme », celui de la dictature du métissage, tout aussi infecte que l'idéologie contre laquelle elle pose. Et surtout je tiens à l’affirmer: on peut être afro-africain noir, non afrocentrique, et CONTRE toute cette déferlante autour du métissage, sans pour autant être RACISTE. Être contre l’apologie du métissage ne correspond pas seulement au cliché du « vieux blanc raciste qui vise à conserver sa race pure », bien que la réciproque soit vraie. C’est d’abord l’affaire de tout individu (noir, blanc, violet, orange) LIBRE d’agir comme bon lui semble, quitte à vouloir des enfants aussi noirs-cirés ou blancs-poulets que lui, sans qu’on l’accuse d’être contre l’antiracisme.

En découdre avec la mythologie des métissages

Nous fondons nos croyances sur une logique de « ce que je vois c’est ce qui est », confiant ainsi la Science aux hippopotames en dehors de tout ce qui relève de la santé. Ainsi, malgré qu’il soit établi par la SCIENCE qu’il ne puisse exister des « races humaines », persiste un construit social du concept de «race » sur lequel NOUS AVONS DÉCIDÉ de fonder nos raisonnements, aussi abjectes ou nobles qu’ils soient. Un métis franco-sénégalais par exemple, sera décrit comme « café au lait », et perçu comme un MILKSHAKE à base de « substrat sénégalais » et de « substrat français », qui de faits, aurait abouti à un mélange homogène. Et par extrapolation (absurde), il n’aurait donc pas « et la culture française, et la culture sénégalaise » mais « un mélange de culture sénégalaise et française » (ça donne quoi ?). D’où cette idée répandue selon laquelle seuls les métis seraient aptes à conjuguer parfaitement deux cultures. Seulement, il n’y a aucun RAPPORT scientifique (vérifié à ce jour) entre la culture et les gènes.  « Le sens du rythme c'est dans le sang chez les noirs », « le gène de la musique » et autres métaphores relèvent du MYTHE. En d’autres termes, le métissage biologique n’étant qu’un transfert de « flux de gènes », il n’y a aucune différence entre un « métis franco-sénégalais » et un « sénégalais (de souche) de France », si ce n’est au niveau de leur phénotype. Les DEUX individus font COHABITER deux cultures, et libre à chacun de gérer cette cohabitation comme bon lui semble. Vous remarquerez en passant que lorsqu'un métis a penché d'un côté, physiquement parlant, et qu'il est par exemple aussi foncé qu'un "sénégalais de souche", certaines personnes ont véritablement du mal à y percevoir un métissage, et vont consciemment ou non le voir comme un Sénégalais (de souche) de France (nda: OBAMA est toujours noir pour le commun des mortels... même en France où la notion de métis existe contrairement aux USA). La culture n’est pas innée, elle s’acquiert, et n'a RIEN à voir avec notre génotype. Bien sûr, il existe bien un mélange de cultures, les cultures créoles à l’instar de la culture brésilienne, réunionnaise ou bon nombre de cultures caribéennes, etc. Mais il ne faut pas oublier dans quelles conditions celles-ci se sont faites, à savoir dans la violence, le viol, l’esclavagisme ou encore l’acculturation. Surtout, ces cultures créoles n’ont pu se faire sans « une destruction préalable d’éléments essentiels de la culture des populations colonisées, qu’il s’agisse des esclaves des Antilles ou du Brésil, ou des Amérindiens des Antilles, du Brésil »(2).

Ce métissage que certains veulent reproduire à une échelle macroscopique, bien qu’il ait son mérite en soi aujourd’hui, ne résulte donc pas d’une « liberté naturelle », et le prôner ne peut qu’aboutir à une sorte de dictature. Dictature proche dans d'autres mesures, des lois raciales américaines qui jugeaient noir et traitaient comme tel quiconque avait ne serait-ce qu'un seizième de goutte de sang noir. Mais surtout, se nicher dans l'apologie du métissage, c'est se détourner des véritables problèmes, puisque ça permet d'abord d'entretenir les malaises et les complexes.

« Le métissage c’est la promotion de l’africain, et la destruction du blanc »

Voilà le genre de propos qui se tiennent et que l’on peut lire sur des forums grand public comme YAHOO, fréquenté par toutes les couches ethniques. Le propos là est bien RACISTE et rappelle qu’il n’y a pas si longtemps encore, lorsqu’un mulâtre (métis noir-blanc) se mettait en couple avec une personne noire, c’était perçu comme un pas en arrière. Mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, j’arrive à comprendre le raisonnement  du propos.

contre l'apologie du métissage

C’est HALLUCINANT et même IRRITANT de voir que ceux qui nous servent le plus le discours du métissage sont issus des populations les plus discriminées, et en particuliers les afro-africains. Cela prend des allures non anodines, dans la mesure où les pro-métissages issus de ces populations parlent essentiellement en termes de métissage biologique. C'est justement principalement pour eux que les flux inapparents ne sont pas désignés comme métissage . Ce qui m’emmène bien souvent à me ranger pour le coup, du côté des afrocentriques, en termes d’arguments. Je perçois en effet cet appel au métissage comme une manifestation de plus, du complexe de certains noirs vis-à-vis d’eux mêmes. J’ai le sentiment qu’ils MENDIENT le métissage, car ils se sont finalement résolus à cette image dévalorisante d’eux qu’on leur a toujours servie.  D'ailleurs à un niveau exacerbé, certains vont jusqu'à percevoir (enfin) en eux un éventuel pouvoir de "créer quelque chose". On est bien au delà du simple fait de donner la vie. Grièvement touchés par le complexe d'infériorité, d'une part, par le métissage, ils n'ont plus l'impression que "l'Homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire"(3). D'autre part et surtout, ils voient dans le fait de procréer un enfant métis, leur implication en tant qu'acteur dans la création d'une "avancée": la "race métisse", en tant que réunissant "TOUTES LES QUALITÉS DE TOUTES LES 'RACES'"(Amen, soit dit en passant on se rapproche du concept de la race aryenne).  D'où l'émergence chez certains métis (une minorité selon moi) d'un complexe de supériorité vis-à-vis, (et seulement vis-à-vis) du Noir, pour qui il représente (plus que pour les autres) "l'avenir", et qui ne cesse jamais de lui rappeler combien "ils sont les plus beaux".  Car c'est souvent le noir qui l'avance en premier tandis  le blanc se contente de dire "c'est vrai" , sans jamais répéter la même phrase.  Tout ceci, pour être dans l'air du temps; pour être en accord avec le discours populaire et notamment le marketing d'aujourd'hui qui vise pourtant à dépasser le racisme.
 Seulement, le racisme se définit comme, je cite, « une idéologie fondée sur la croyance en l’existence de différents groupes humains appelés « race », ainsi qu’à la supériorité de certains de ces groupes par rapports à d’autres ». Ainsi, prôner le métissage POUR lutter contre le racisme, c’est comme admettre cette supériorité et c’est surtout chercher à compenser « ces écarts entre les races ». Cela implique d’attribuer des qualités particulières en fonction d’un phénotype, d’où le fait que dans l’absurde et dans la pensée raciste, il soit logique de chercher à se métisser pour se « compléter », ce qui au vu des clichés est donc à l’avantage de l’africain. Car, vu dans ce sens, c'est une grosse arnaque: le pauvre qui veut ajouter ses 20 € aux 200 € du riche pour répartir en deux parts identiques la somme. 

Avancer le métissage comme antibiotique du racisme, c’est vouloir dans l’absurde un Michael Jordan au Q.I d’Einstein ou encore un Michael Jackson à la philosophie d’Aristote, bref c’est réduire l’Homme noir aux qualités physiques et l’Homme blanc aux qualités intellectuelles, tout en voulant concilier les deux. En somme, c’est approuver l’un dès pères des théories racistes, GOBINEAU, pour qui les « noirs auraient le front fuyant, les traits affirmés, une intelligence inférieure, un sens de l'odorat et du goût développé, et un penchant pour l'extrême et le grotesque; »(4) c’est pourquoi certains s’étant résolus à cela, voudraient piocher ailleurs pour « diluer » leur état et surtout compenser, avec le blanc « caractérisé par son sens de l'action et une largeur de vue très développée, associée à un manque de sensualité et de goût artistique »(4).

En découdre avec la mythologie des métissages

Ainsi, exhorter au métissage, le vendre, quand bien même ce serait en tant que métissage culturel, reste selon moi incongru car « le métissage culturel est insaisissable »(2). Il est conjoncturel et sûrement pas à conceptualiser. Le fait pour un français de manger chinois, constitue un métissage ; le fait pour un sénégalais d’écouter du rap américain, constitue un métissage; le fait que le jeans d'origine américaine soit le pantalon le plus porté dans le monde aujourd'hui constitue un métissage.Or, lorsque l’on décide de manger chinois, ce n’est pour se persuader que l’on est tolérant, et encore moins pour paraître moins raciste. Lorsque je mange chinois, c’est avant tout parce que j’estime que la nourriture chinoise le vaut bien, et surtout parce que j’ai le choix. Les chefs chinois, n’ont pas nécessairement besoin de venir à moi, si ce n’est pour une publicité de base. De même, vous ne portez pas un jeans parce qu'on à un jour inciter l'humanité à porter un jeans pour plus de tolérance. Alors, ces NOIRS qui ne jurent que par le métissage, doivent davantage faire une introspection sur eux-mêmes pour faire face à leur complexe. La seule et unique manière de « promouvoir le métissage » c’est de promouvoir sa culture, afin de permettre aux autres de l’apprécier. C’est de mettre sa CULTURE en valeur, sans la prétendre supérieure et l'imposer aux autres d'une quelconque manière (force ou marketing). Les lois d'attractivité faisant, il  ne pourra qu'en résulter un métissage, sans même que l'on s'en rende compte. On ne mangera plus africain parce qu'on fait partie de cette 'clientèle de niche' qui porte un intérêt particulier pour l'Afrique et s'intéresse à sa culture. On mangera africain parce que c'est bon, et que ça change de temps en temps.

En définitive, le métissage en soi est sans aucun conteste une richesse. Et il  doit  être valorisé en tant que tel mais au même titre que toutes les autres culture, et non en dépit de celles-ci. Le métissage, ce n'est pas "l'avenir de l'Humanité" mais "c'est l'Humanité", et ce depuis la nuit des temps. Alors dorénavant, avant de 'voter blanc' en le pensant comme juste milieu; avant de nous soûler avec 'le métissage c'est le mieux' / 'Je veux un beau petit métis' / 'Moi je suis pas raciste, j'aime le métissage'/ 'vive le métissage/' 'Il n'y a pas plus beau que le métissage'/, pensez d'abord à ce que vos propos impliquent pour vous, et ce que cela pourra impliquer.

Je finirais sur ce propos extrait du livre Regards croisés sur le métissage - Laurier turgeon

Mais en réalité, ce plaidoyer pour le métissage n’entend pas amener la réconciliation de ce monde dichotomisé ; il serait plutôt, du moins dans l’esprit des créolistes, « un plaidoyer pour une identité créole qui ne serait pas définie par quelqu’un d’autre ».
« L’éloge de la créolité » n’est pas celui du métissage culturel, mais celui d’une culture créole francophone qui, bien que née de multiples métissages, valorise ses caractères « essentiels » au moyen d’une patrimonialisation du passé, passé réécrit parfois au moyen du déni sélectif de certaines composantes dans le processus de la créolisation. Dans cette optique, la créolité ne relève pas de la valorisation d’un processus de métissage, mais bel et bien d’un nouvel essentialisme.

(1)La consanguinité est le fait que deux individus, ayant une parenté assez étroite se reproduisent entre eux et obtiennent une descendance. - Certains avancent qu'à force de ne copuler qu'entre gens de même groupes ethniques (cf de même 'race') On multiplie les risques de malformation génétique, d'où l'appel au métissage. L'argument le PLUS ABSURDE d'autant plus qu'aucune étude scientifique ne l'a démontré à cette échelle. (2)Regards croisés sur le métissage - Laurier Turgeon, CELAT (Organization)  (3) Discours de Dakar  (4) Essai sur l'inégalité des races humaines -Joseph Arthur de Gobineau 

28 commentaires:

  1. Waw, je suis tout simplement soufflée par la qualité LA JUSTESSE de ton article.Parce que tu vas beaucoup, beaucoup plus loin qu'une simple critique d'une ptite métisse qui se croit overbonne avec ses chveux bouclés.Ton analyse sur le sujet, de tout ce que j'ai lu à cet égard sur la blogo est unique car scientifique quoi! je sais pas si tas été en S et que l'on tas traumatisé avec des erlenmeyer et des mol lol.. en tout cas
    im #speachless #unpeu
    En plus ce sujet m'enjaille trop depuis longtemps je me questionne dessus, en fait bref mode flatteuse OFF
    bonne soirée /aprèm

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. @ Blingcool AAAH j'avoue que mes articles préférées sont ceux dans lesquels tu parles de tes aventures de blédard lol! Mais je dois avouer que ton écriture s'affine vraiment au fil du temps et que tes articles prennent de véritables allures de dissertations très bien argumentées (et étant une fille qui en fait une de 6h tous les mercredis depuis presque deux ans, je peux t'assurer que je sais de quoi je parle ^^!). Et comme on dit en Côte d'ivoire ( oui oui parce que toi mm tu sais que les lions ne font pas le poids face aux éléphants hein niark niark!), je suis fan de toi jusqu'à demain matin dèèh continue seulement lol.
    En revanche j'aimerais m'adresser en particulier @ "sugar doll". Je ne remets évidemment pas ton point de vue en cause mais plutôt la manière que tu as de le défendre. Je veux dire par là que il n'y a pas besoin d'être métis physiquement pour parler 2 langues ou s'intégrer assez facilement dans tous les milieux, le métissage est aussi culturel. Par exemple, c'est le cas pour bons nombre d'enfants dont les parents de mm nationalité ont émigré et continuent à entretenir un lien privilégié avec le pays d'origine en enseignant leur langue natale à leurs enfants et les y emmènent en vacances. Ensuite je ne vois pas pourquoi les hommes noirs favoriseraient forcément une "sista"noire à une métisse sous prétexte de la peau assez foncée de cette dernière?! En disant cela tu les cantonnes donc non seulement à une vision très superficielle des choses, mais en plus tu remets totalement en question le principe que tu défends puisque si les noirs ne sont attirés que par les noires...d'où viennent les métis??? Encore une fois pas de méprise, ta position est tout à fait compréhensible mais bon...tu la défends assez mal!

    RépondreSupprimer
  4. Moi c juste les noms mulatres et chabin qui me font froid au dos, sachant qu'en premier lieu ils font reference a des animaux.
    Je ne suis ni pour ni contre le metissage. Et comme a dit Neen, pas besoin d'avoir des parents de nationalite differentes pour s'integrer a differents milieu.
    @ Blingcool: encore une fois un sujet interessant. Tu as surement du voir la conversation de Marie sur la fan page de Facebook. ce que tu as ecris m'a directement fait pensE a son discours...

    RépondreSupprimer
  5. A Sugar Doll
    Franchement je me demande si tu pense vraiment tout ce que tu as écrit… C’est vraiment ENORME. Je crois que je vais même copier ton commentaire, par ce que là c’est vraiment chaud, c’est du jamais vu.

    Je ne sais même pas par où commencer. Tant de bêtises débitées par une seule personne me laisse songeuse…
    J’aimerai cependant revenir sur cela :

    « parce que je suis capable de m'immerger dans n'importe laquelle des cultures de mes parents et puis je l'avoue sans honte , j'aime bien ma couleur dorée en hiver et caramel en été ,et en plus , autant je comprends la langue du bled , autant je parle celles de ma mère .Franchement , je ne vois absolument pas comment une personne non métissée pourrait bénéficier de telles richesses »

    Pour ta gouverne, une sénégalaise ayant grandie en Russie, et vivant à Hong Kong aura probablement plus de culture qu’un franco-congolais né et résident dans le 93.
    La culture n’est pas génétique, elle s’acquiert avec le temps madame !!

    Pour finir, cette Sugar Doll me fait penser à un des discours de feu Malcolm X sur les nègres de maisons et les nègres des champs, (comprendra qui pourra).

    Je trouve cela très grave qu’il y ai des noirs qui pensent encore comme cela au 21 ème siècle. Marley chantait déjà en 1980 « Emancipate yourselves from mental slavery; None but ourselves can free our minds” plus de 30 ans plus tard on en est toujours au même point.

    Sur ce site, il y a une discussion au sujet des personnes comme toi d’ailleurs, et c’est très instructif: http://www.piankhy.com/modules/news/article.php?storyid=109

    Blingcool, si sa t’intéresse, ya un très bon livre à ce sujet, assez cher je te l’accorde, mais je n’ai pas été déçue : http://www.piankhy.com/modules/news/article.php?storyid=58

    RépondreSupprimer
  6. De long en large, je suis d'accord avec toi

    Pour revenir aux commentaires précédents (et surtout à Sugar Doll), évidemment que non il n'y a pas besoin d'être métis pour pouvoir intégrer et comprendre une autre culture.
    Je suis antillaise mais je pourrais tout aussi bien dire que je suis française, indienne, anglaise ou encore congolaise et sénégalaise tant ces cultures m'intéressent, j'en connais pas mal sur l'histoire de ces pays et je pourrais parler avec un congolais sans qu'il se doute que je suis antillaise !

    C'est la raison pour laquelle lorsque je dis "je suis guadeloupéenne" on me rabache toujours le "noon c'est pas possible t'as un accent ivoirien", " non c'est pas possible cmt tu connais tout ça sur mon pays"

    Le métis n'est tout simplement pas prédestiné à être quelqu'un de tolérant, de meilleur ou plus facilement "intégré". Il faut combattre ces préjugés et je pense que tout dépend de la sensibilité qu'on a face à telle culture ou pas.

    Enfin bon Blingcool je soutiens à fond tes propos (ne serait-ce qu'au moindre mots !).

    RépondreSupprimer
  7. Cette mise au point est intéressante. Reste à savoir ce que signifie "promouvoir sa culture". Finalement, ça ne serait pas aussi absurde que "promouvoir le métissage"? En plus, comme le billet le dit : couleur et culture n'ont rien à voir.
    Pour ce qui est de la valorisation disons, esthétique, du métissage, ce qui me gêne avant tout c'est que c'est souvent compris comme une manière de rendre plus "acceptable"/ "présentable" ce qui est noir : le cheveu moins crépu, la bouche et le nez plus fins, etc.
    Enfin, la hiérarchisation selon la couleurs des Noirs n'est pas nouvelle et je cite Pap Ndiaye (La Condition noire, p.86)
    "... le colorisme est en quelque sorte un sous-produit grinçant du racisme : faire subir à ceux qui ont la peau plus foncée ce que l'on endure par ailleurs des Blancs constitue bien une forme d'acceptation de la hiérarchie raciale."
    Je rajoute à court d'arguments, @Sugar Doll : et toc!

    RépondreSupprimer
  8. il y a une ou deux semaines, j'ai commenté ta publication sur la propension des camerounaises à se marier à des blancs et j'ai terminé par un "vive le métissage" qui a été fortement critiqué. Ce que je n'ai absolument pas compris.
    Je ne suis pas de celles qui veulent absolument un bébé métis ou qui pensent qu'ils constituent l'avenir du monde. Je pense tout simplement qu'il faut de tout pour faire un monde. C'est comme les couleurs primaires, tu as du bleu, du rouge, du jaune.... tu les mélange, ça fait du violet, du vert, etc. Et c'est tout aussi joli.
    Je ne considère pas les métis comme une race à part entière. Je les plains même dans le sens où il est difficile de trouver sa place tant d'une part ils sont considérés comme noirs et de l'autre blancs.
    Je suis tout à fait d'accord avec toi quand tu dis qu'on ne peut pas abolir les problèmes de race en mélangeant tout. Ce n'est pas une solution...
    Mais je ne peux pas m'insurger contre le métissage car je trouve ça beau, deux personnes qui s'aiment et qui engendre un bébé qui ressemble un peu à chacun d'eux.
    Très bel article comme d'habitude.

    RépondreSupprimer
  9. Bling cool, ton propos est solide. Cet article est superbe. Je ne suis pas métis mais ça ne m'empêche pas d'évoluer entre deux mondes et plusieurs cultures. Ca fait ma richesse en tant qu'individu mais ce n'est pas pour autant très facile. Je suis née en Afrique, j'ai grandi en France mais ça n'empêche pas le fait qu'en Afrique je suis comme considérée comme blanche et ici, comme noire. La perception des gens est particulière n'est-ce pas? Par contre, mon petit frère est métis et je le vois déjà à 10 ans se battre pour comprendre les idées préconçues de la société impose par ci, par là et trouver sa place en tant qu'individu.

    En ce qui concerne le complexe, j'aimerais raconter une anecdote. Je me souviens d'une copine de ma mère lorsque j'étais enfant. J'étais certes très jeune mais je trouvais la réflexion de cette femme très limitée. J'ai fini par comprendre des années plus tard que son comportement s'expliquait par un profond complexe. Cette femme a tout fait pour se mettre en couple, épouser un blanc et surtout avoir un enfant métis. A l'entendre parler, elle voyait ça comme une consécration. Il n'y avait aucune notion d'amour dans sa réflexion. Juste cette perception de l'homme blanc comme le chemin vers l'accomplissement. L'accomplissement de quoi? Aucune idée.

    Quoiqu'il en soit, cette femme a finalisé son projet et donné naissance à un petit garçon métis. Cette femme avait déjà une fille, née d'une première couche, qui était noire. A l'arrivée de ce frère métis, cette fille n'avait plus aucune considération de la part de sa mère. Il n'y avait que le bébé métis qui comptait comme si cet enfant était né des dieux? Je n'avais que 6 ou 7 ans à l'époque mais cette situation m'avait beaucoup choquée, je ne comprenais pas que l'on puisse instaurer tant de différences pour une histoire de couleur de peau.

    C'est une bonne chose que les gens prennent connaissance de leur histoire conscience de leur identité et acceptent que des personnes puissent penser autrement. Le métissage ne résoudra en rien le problèmes de racisme et de xénophobie. Ce n'est pas une justification pour prouver, ô combien, on est une personne tolérante. A écouter les propos que peuvent tenir certaines personnes parfois, ça ne vaut pas mieux que certaines bonnes vieilles idéologies raciales et racistes comme si le métissage était une sorte de suprématie de l'humanité... WTF!

    Si on devait arriver un jour à un monde ultra métissé, mélangé. Ca n'empêcherait pas l'Homme tout homme qu'il est de trouver encore de quoi discuter pour se distinguer de l'autre et dire que lui vaut mieux que son voisin.

    RépondreSupprimer
  10. bon je crois que j'ai vraiment dû mal m'exprimer car j'ai supprimé mon commentaire. c'est la seconde fois que ça m'arrive mais je tiens à me faire comprendre: je ne dénigre personne , en tout cas , je ne cherche pas à le faire. De plus , je n'essaie pas de faire de clivages , bon effectivement j'ai peut être mal défendu ma position ou en tout cas très maladroitement.Je vous prie donc tous de m'excuser . Ce que voulait dire mon message précédent , c'est que je trouve beau le métissage quelqu'il soit (culturel ,physique ,..etc..). Je suis d'accord avec toi @Krys N Style .enfin , je faisais des constats (que je n'aurais peut être pas dû généralisé ) car dans mon entourage , j'ai vu beaucoup de racisme entre noirs quelqu'il soit et surtout d'antillais à noirs africains .bon après , je ne GENERALISE pas , je tiens à le préciser.Enfin , oui c'est entièrement vrai que le métissage s'acquiert culturellement comme l'a dit @anonyme , mais je n'ai pas prétendu le contraire : j'ai juste affirmé que le métissage apporte des richesses culturelles sans faire de sous -entendus racistes je tiens à le préciser car j'ai une amie russe qui maîtrise aussi bien le français que l'allemand et voyage énormément.Et oui bien sûr que j'aime bien mon teint , ,comme toute fille qui s'accepte . mon père est noir ébène et mes cousines sont magnifiques avec leur peau ébène , je n'ai JAMAIS et je le souligne JAMAIS voulu dire qu'il y avait un teint supérieur à un autre . enfin ,j'espère que je me suis fait comprendre. et @blingcool , je tiens encore à te féliciter sur la fluidité croissante de ta plume car j'aime vraiment lire tes articles qui mettent le doigt là où ça fait mal .

    RépondreSupprimer
  11. D'accord de A à Z avec cet article.
    En tant que métisse il y a deux choses qui m'ont dérangée dans ma vie:
    -être mieux traitée que mes frères et soeurs, par certains membres de ma famille, car selon eux j'ai eu la "chance" de naître plus claire
    -que certaines personnes ne voient que ce qu'elles veulent voir chez quelqu'un; Exemple: Obama est un "Noir" pour la plupart des gens, alors qu'il est d'origine Americano/Africano/Européenne.

    Les gens ont tellement besoin de mettre des étiquettes alors que, comme tu l'as si bien dit, le métissage est l'Humanité.

    RépondreSupprimer
  12. Obama est noir, il se défit comme tel et explique très bien pk dans son livre

    RépondreSupprimer
  13. @anonyme
    J'ai lu son livre, et justement, il choisit ce qui l'intéresse chez lui, il se met un label.

    RépondreSupprimer
  14. @nothingFace j'ai aussi lu sa bio et je suis d'accord avec toi , on peut le voir dans "les rêves de mon père", car à ses débuts , Obama enfant semblait un peu perdu , ne sachant pas très bien comment se définir.C'est seulement après dans une Amérique encore un peu marquée par la ségrégation qu'il se dira définitivement noir mais attention!! il a bien montré dans l'un de ses discours qu'il était avant tout "du monde" avec un père kenyan , une maman Wasp , une soeur indonésienne =) , bref , je pense qu'on ne peut le classer aisément et qu'il choisit ce qui l'interesse =)ce dont il ne peut être blâmé.

    RépondreSupprimer
  15. j'ai lu le lien @anonyme et je ne me reconnais pas dedans =), à côté de ça , je ne suis pas sûre que toutes ces jeunes mamans essentialisent le "métissage " , elles sont à mon sens juste curieuse de savoir à quoi ressemblera leurs bébés et ce , tout comme pour les couples dits "non mixtes" , enfin , à moi cela me paraît naturel que TOUT parent cherche à mettre un visage sur la future frimousse de son bébé =).bref , de toute façon ,il me semble que la France d'aujourd'hui est multiple et métissée , pour plus d'arguments , je vous renvoie à l'excellent ouvrage de Gaston Kelman "je suis noir et je n'aime pas le manioc"

    RépondreSupprimer
  16. Et bien merci à Toutes =)

    @Neen: Effectivement j'ai fait un Bac S! Mais je détestais les Sciences! (lol)

    @Anonyme
    Merci pour la recommandation, je tâcherai de jeter un coup d'oeil dessus

    @AG
    C'est vrai que par "promouvoir sa culture", j'entends plus la mettre en valeur. Pour moi c'est déjà que nous puissions nous suffire dans notre culture. En somme, il faut être bien dans sa peau, pour être bien avec les autres, n'est-ce pas?

    @Mademoiselle May-Si
    Je trouve ça intéressant que tu étayes plus ton propos! De tout façon on a parlé sur twitter ;)

    @Adama
    Ah ton anecdote appuie bien mon propos: c'est concret, Merci!

    @Sugar Doll
    Tu as le mérite de nuancer tes propos pour te faire mieux comprendre, et franchement c'est très agréable! C'est vrai que je trouvais certains points de ton commentaire très maladroit, et je comptais rebondir dessus. Mais le fait que tu ais pris l'initiative d'enlever ton commentaire me fait me taire. Seulement, ton opinion s'est-elle vue nuancée ? C'est ce que je me demande. ;)
    Cdt

    RépondreSupprimer
  17. @blingcool tu sais, je vais être directe lol , je ne sais même plus quoi penser du coup , en effet j'ai peut être été trop radicale mais c'est suite à de mauvaises expériences .je n'ai pas envie de raconter ma vie mais dans mon entourage , mon père s'est vu rejeté par la famille de ma mère à cause de sa couleur et plusieurs fois , j'ai été traitée d'hybride , on m'a même sorti une fois " tous les noirs n'ont pas besoin d'aller semer leurs germes pour qu'au final on obtienne des bébés qui ressemblent plus à des beurs qu'autre chose" , donc déjà je pense que tu comprendras mieux ma position pro-métissage car j'ai eu du mal à m'accepter d'autant plus qu'au bled j'étais perçue comme "blanche" . bref , mais avec tout ça , je ne sais vaiment plus où me situer à vrai dire . j'ai même l'impression qu'il vaut mieux arrêter tout simplement de se poser ce genre de questions qui font mal plus qu'autre chose et je ne suis pas la seule. Enfin , je ne prétends pas qu'être métisse signifie être supérieure , mais je tiens à dire tout de même qu'il y a différentes sortes de métissage d'où ma précision (bon supprimée) sur les mûlatres( j'avoue que le terme reste péjoratif @dilika) , aujourd'hui je me considère ,vivant en France, comme noire de toute façon même si au fond je me sens différente. =)

    RépondreSupprimer
  18. Tout d'abord l'article est tellement vrai que je ne sais pas trop quoi ajouter.
    J'ai plusieurs fois tente avec des proches de parler de la notion de "complexe chez les noirs" et quoi que tu tente, tu passe pour une jalouse (je suis dorigine Camer BlingCool I see u). Les " africains de france" sont trop dépareillé pour meme être considere une communote mais on est au moins ratache par la mélanine.
    Je vis aux Etats Unis et si il ya bien une chose que j'ai compris c'est qu'en France il ya un énorme complexe chez les noirs, et le besoin ces derniers temps d'avoir des magazine un peu plus "pour les noires" montre que les gens ont compris que on ne peut pas attendre éternellement pour nous auto affirmer. Je veux pas faire la meuf qui sait parce quelle vit aux Etats Unis mais il ya lhistoire de la "goutte de sang" si tu as donc une goutte de sang noire tu es noir et de tout les métis que j'ai rencontre meme celle qui est blanche de peau et se sent (si je peux me permettre) "plus blanche que noire" elle remplie noire sur sa feuille de recensement. Parce quils ont le choix, de choisir leur race et leur appartenance, ce qui est le cas d'Obama. C'est en France qu'on tient a nous "rappeler" qu'il est métis mais il se considere noir, il se considere comme sa société et son pays le voit. Dire qu'il est enfant du monde ne le rend pas moins noir dans les yeux des Americains (en tout cas) ca lui donne une pluralité c'est tout.
    La société ou plutôt le marketing tiens a nous prouver que le métissage ya que ca de vrai.
    Je pense que certains noirs ont peu être trop interiorise certaines souffrance de lecole primaire, pour ma part j'ai longtemps voulu ressembler a une fille Jennifer que je trouvais sublime a lepoque et aujourd'hui je n'ai jamais pu cliquer une deuxième fois sur son profil facebook de peur de perdre la vue.
    Comme dans plusieurs des comments je suis noire ou metisse en france parce que le complexe est tellement fort que c'est une histoire dintensite de carnation MAIS PAR CONTRE je suis la plus blanche des blanche au Camer. Vivant maintenant aux Etats Unis je suis culturellement métissée parce que jevolue et "pratique" 3 cultures différentes.
    Il ya eu un temps ou quand jecoutais de la musique africaine je me sentais un genre un genre, j'avais "peur" quon veuille absolument venir me parler du dernier clip de papa wemba ou de yode et siro mais maintenant j'ai appris a ne pas avoir cette gene et midentifier a cette culture qui fait partie de moi et que jassume. Je pense que c'est plus une histoire d'acceptation de soi. Par contre je suis toujours en lutte contre la niafoulogie et non non on ne danse pas le logobi a Chatelet.

    En tout cas merci pour larticle et les comments aussi.

    RépondreSupprimer
  19. Tout d'abord l'article est tellement vrai que je ne sais pas trop quoi ajouter.
    J'ai plusieurs fois tente avec des proches de parler de la notion de "complexe chez les noirs" et quoi que tu tente, tu passe pour une jalouse (je suis dorigine Camer BlingCool I see u). Les " africains de france" sont trop dépareillé pour meme être considere une communote mais on est au moins ratache par la mélanine.
    Je vis aux Etats Unis et si il ya bien une chose que j'ai compris c'est qu'en France il ya un énorme complexe chez les noirs, et le besoin ces derniers temps d'avoir des magazine un peu plus "pour les noires" montre que les gens ont compris que on ne peut pas attendre éternellement pour nous auto affirmer. Je veux pas faire la meuf qui sait parce quelle vit aux Etats Unis mais il ya lhistoire de la "goutte de sang" si tu as donc une goutte de sang noire tu es noir et de tout les métis que j'ai rencontre meme celle qui est blanche de peau et se sent (si je peux me permettre) "plus blanche que noire" elle remplie noire sur sa feuille de recensement. Parce quils ont le choix, de choisir leur race et leur appartenance, ce qui est le cas d'Obama. C'est en France qu'on tient a nous "rappeler" qu'il est métis mais il se considere noir, il se considere comme sa société et son pays le voit. Dire qu'il est enfant du monde ne le rend pas moins noir dans les yeux des Americains (en tout cas) ca lui donne une pluralité c'est tout.
    La société ou plutôt le marketing tiens a nous prouver que le métissage ya que ca de vrai.
    Je pense que certains noirs ont peu être trop interiorise certaines souffrance de lecole primaire, pour ma part j'ai longtemps voulu ressembler a une fille Jennifer que je trouvais sublime a lepoque et aujourd'hui je n'ai jamais pu cliquer une deuxième fois sur son profil facebook de peur de perdre la vue.
    Comme dans plusieurs des comments je suis noire ou metisse en france parce que le complexe est tellement fort que c'est une histoire dintensite de carnation MAIS PAR CONTRE je suis la plus blanche des blanche au Camer. Vivant maintenant aux Etats Unis je suis culturellement métissée parce que jevolue et "pratique" 3 cultures différentes.
    Il ya eu un temps ou quand jecoutais de la musique africaine je me sentais un genre un genre, j'avais "peur" quon veuille absolument venir me parler du dernier clip de papa wemba ou de yode et siro mais maintenant j'ai appris a ne pas avoir cette gene et midentifier a cette culture qui fait partie de moi et que jassume. Je pense que c'est plus une histoire d'acceptation de soi. Par contre je suis toujours en lutte contre la niafoulogie et non non on ne danse pas le logobi a Chatelet.

    En tout cas merci pour larticle et les comments aussi.

    RépondreSupprimer
  20. en tout cas ton article là est long dè!! Juste pour rajouter que, pour avoir fréquenter bcp de métis (amies ou amants) je trouve que bizzarement ce sont les plus complexés. Quand ils ne sont pas eux même racistes pour la plupart. ou plutôt disons qu'ils ont énormément de préjugés sur le noirs et sur les blancs malgré leur "mélange".

    RépondreSupprimer
  21. Ben pour ma part je suis métisse, et j'en connais d'autres... Certains ont des complexes d'identités marqués, d'autres sont racistes, ou décide de choisir un camp... Parfois, j'en ai marre qu'on me stigmatise dans les phantasmes exotiques, ou dans les soupçons de complexes de supériorité...

    Pour ce qui est de mon futur compagnon, je me pose pas trop de question, être cosmopolite c'est juste une question d'ouverture, favorisé ou non par la culture familiale, son environnement, et l'élaboration de la personnalité...


    Pour ma part, ce que je souhaite plus tard, c'est transmettre mes valeurs et mon héritage... Et je me fous de la couleur ou de la culture du futur père de mes enfants... Du moment, qu'il me voie avant tout en tant qu'individu, et respecte ma famille et mes amis :)

    Le seul soucis , c'est qu'en fonction de la culture de mon futur homme certain ne pourront pas s'empêcher de dire que je choisi un camp...

    Au final, la double identité, on la tous en nous, du fait que nous sommes issu de 2 individus.

    ps : sorry pour les fts

    RépondreSupprimer
  22. Malgré mon teint noir ébène, je me considère comme métisse. Mon père est congolais, chrétien, ma mère est sénégalaise musulmane, je suis née et j'ai grandi à Paris, je porte en moi 3 cultures, 3 peuples différents.

    Parce que je sais ce que c'est, et parce que j'ai eu des parents EXTRAORDINAIRES, j'ai toujours eu une position catégorique vis à vis du metissage : culturel oui, de couleur : JAMAIS!
    cela ne veut pas dire que je fusige les enfants métisses ou les couples mixtes. Je sais que le coeur a des raisons que la raison ignore.
    Mais prendre la responsabilité de faire un enfant exclu de part et d'autre, le cul entre 2 voire 3 chaises, je suis désolée mais je ne m'en sens pas la force.
    Parce que s'il y a une chose qu'on oublie de mentionner dans ces histoires de couples mixtes, c'est la force de caractère nécessaire aux parents pour éduquer leurs enfants dans l'amour de ce qu'ils sont, envers et contre tout, ou plutot contre tous.
    Et ça, je n'ai jamais voulu prendre ce risque, ou plutot prendre cette responsabilité.

    En meme temps, comme je suis plus attirée naturellement et spontanément par un Tyrese que par un George Clooney, la question ne s'est jamais réellement posée ou imposée.

    Je tire néanmoins mon chapeau à tous les parents d'enfants metisses qui arrivent à éduquer des gosses équilibrés, droits dans leurs bottes, fiers de TOUT ce qu'ils sont !

    On ne parle pas souvent des métisses blanc-noir qui en viennent à insulter leur mère de "sale blanche" (vécu), on parle tjs du metisse qui renie son coté noir. Tout est une question de modèle et d'environnement...

    Peace up blédard !
    Clarisse aka Bellebene

    RépondreSupprimer
  23. En lisant ton blog ce matin au bureau j'étais en train de pleurer de rire! Je le trouve super beau! J'adooore!
    Mon blog à coté il fait pitié mais passons.
    Cet article là bling, je l'ajoute à mon "trésor de guerre", parceque tous les arguments que tu avances là, beaucoup ne sont pas prêts à les entendre. Et donc ma compilation va peut être aider à leur montrer la "stupidité" du métissage universel sauveur de l'humanité.
    Entendre ce genre de propos me hérisse le poil...grrr
    Je continue à baver à sur ton blog et m'en vais faire un tour sur d'autres articles!
    Peace bro!

    RépondreSupprimer
  24. je suis noire et ,comme toute femme blanche qui se reve d'enfanter une petite tête blonde,ben moi je reve d'avoir une petite noire avec ses petits cheveux crepus lol et quand je l'evoque dans des conversations on dirait que c'est un drame!!! c'est grave nan!
    je suis sorti avec un blanc (pour la 1ere fois...) et là c'était trop: mon entourage (majorité de noirs) et son entourage (majorité de blancs) en choeur, apres notre premiere "sortie au grand jour" lol:" wouaw trop bien imagine les enfants, ils vont etre trrooooooooooooooooooooooooop beaux"
    nan mais sérieux ou va-t-on?!
    en tt cas merci!

    RépondreSupprimer
  25. Le sujet est parfaitement traité! J'adhère totalement à ton point de vue!
    Quand j'entends des filles noires dire qu'elles veulent se marier avec un blanc pour avoir des métis, je trouve ça très malsain et tordu comme façon de penser... Ton enfant est ton enfant, qu'il soit noir, blanc, jaune, mauve ou vert caca d'oie!!... Cet état d'esprit me fait penser à un certain dictateur devenu chancelier en 1933... ça fait un peu: <>. Enfin c'est un peu excessif de ma part mais bon...
    Personnellement j'ai toujours eu une étrange attirance pour les blond alors que je suis plutôt foncée!! Parallelement, j'adore les "choco" bien sombres et "propres" comme on dit =p. Avec une peau noir uniforme, et une petite boule à zéro c'est encore mieux!! Mdr. J'ai un faible aussi pour les asiat' et les phillipins au teint mat! Tout ça ne s'explique pas. C'est purement physique! Tout comme certaine blanches aiment les noirs.
    Après je ne me cantonne pas à un type particulier! c'est juste un constat fait du haut de mes ridicules 21 ans! C'est totalement stupide de cataloguer une population au dépend de l'individualisme... et je pense, que justement, voir une personne en tant qu'Homme avant de la voir en tant que Bleu, Blanc ou Noir, c'est ça faire preuve de discernement ^^

    RépondreSupprimer
  26. Cet article très bien construit aura délié bien des langues.

    J'aimerais juste revenir sur le lien Yahoo qui est dans ton article.

    On parle ici de métissage, il n'y a pas que le métissage noir/blanc sur terre ou encore en France. Apparemment, tous les projecteurs sont braqués sur les noirs et les réactions des gens sur ce forum font très peur.

    J'espère juste qu'on n'aura pas droit, un de ces quatre, à des scénarios semblables à ceux récents de Norvège.

    RépondreSupprimer
  27. mec. tu fais partie de ces rares personnes qui lisent dans mes pensées, qui écrivent des choses que je n'ose même pas penser tout bas, tellement on arrive à nous vendre du politiquement correct.
    Le truc, c'est que ca m a toujours saoulé ces métis (ces métis là, pas tous) qui proclamaient "nous avons deux cultures ! nous aimons plusieurs cultures ! nous avons le cul entre deux chaises !" lol et ta soeur? on a envie de leur répondre.
    Non mais sérieusement, tout comme beaucoup de blancs dont les parents sont issus de différents pays et tout comme moi qui suis francaise et camerounaise de souche. ttssss
    et un métis n'est pas moins raciste que les autres au fait. encore un mythe. comme tu dis le biologique n'influe pas sur la mentalité.

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour à tous, ça fait du bien de voir ce genre de blog. Je suis blanc de peau, et je déplore 1 fait : je n'ai pas d'ami noir à part 1 pote à ma femme qui se définit comme "bounty" (blanc à l'intérieur, noir à l'exterieur). La faute à quoi sachant que je NE SUIS -culturellement- PAS RACISTE (je veux dire par là que merde, on est tous un petit peu raciste de par le fonctionnement de nos cerveaux conditionnés par notre environnement) Je sais pas mais la société française m'attriste : dès qu'on fait des études supérieures la couleur moyenne se décale grave vers le blanc+asiate. Restaurant dans le 17ème arrondissement de Paris, un peu branché jeunes trentenaires : que des blancs. Alors que plus de la moitié de mes patients sont noirs ou arabes !(Clichy-la-garenne, tranquille banlieue). Il y a comme un problème...

    Bref, très bon blog, discours intéressant et bien structuré, qui montre que l'intelligence n'est pas lié au taux de mélanine dans la peau ! (cela dit, je suis persuadé que tu n'es pas issu d'une famille de complets neu-neus : génétique + environnement + éducation, c'est comme graine+terreau+engrais).

    RépondreSupprimer

Ah, c'est bien, faut pas faire timide comme ça! Merci

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.