mercredi 22 décembre 2010

Pourquoi les camerounaises aiment-elles tant les blancs ?

Dissertation
A ce jour aucune étude comparative et pertinente ne l’a clairement établi mais on peut se le dire : les camerounaises ont plus tendance que leurs consœurs africaines à se caser avec des hommes blancs. Bien entendu, le but ici n’est pas de faire le procès des couples mixtes « franco-camerounais » car au fond, l’amour se fiche bien des appartenances ethniques, sociales ou religieuses. Le regard se porte davantage sur cette part importante des femmes camerounaises pour lesquelles le caractère « BLANC » reste verrouillé parmi les critères de choix en matière d’hommes. Celles pour qui, même dans un contexte économique meilleur, il est « hors de question de se poser avec un noir, qui plus est camerounais » alors qu’en vérité ce n’est pas seulement « tout sauf un mari noir », mais carrément « un mari blanc ou rien ».

Clarisse Valerie, chanteuse camerounaise

D’emblée, arrêtons un peu les balivernes: la quête du mari blanc à tout prix n’est pas le fait TYPIQUE DES CAMEROUNAISES. Le phénomène se répartit sur l’ensemble de l’Afrique noire où beaucoup de femmes perçoivent en l’homme blanc un confort social, administratif et économique. Bien que la réalité se révèle souvent toute autre, c’est connu : le bonheur à la peau blanche. Et si les cybers camerounais sont pris d’assaut par ces femmes au Cameroun plus qu’ailleurs en Afrique, j’ai presque envie de répondre que c’est peut-être parce que les camerounaises sont plus nombreuses à savoir (bien) manipuler les ordinateurs. Mais nous savons très bien que ce n’est pas (seulement) ça et que ce n'est pas tout à fait la sujet ! Les questions seraient donc : pourquoi les camerounaises sont plus nombreuses que les autres sur le marché? Pourquoi sont-elles plus disposées à épouser des hommes blancs? Et pourquoi le font-elles le plus?


Un héritage de la colonisation

Après la décolonisation, le blanc représente le succès et quiconque l’approche s’assure d’intégrer l’élite du pays. A ce titre, partir à l’étranger c’est asseoir son statut de riche. Ainsi, les familles les plus aisées n’hésitent pas à envoyer leur progéniture étudier en Europe tandis que les plus modestes misent sur la bourse accordée aux étudiants les plus méritants. Quoiqu’il en soit, à leur retour, ceux-ci occupent des postes bien placés et incarnent les gendres idéaux pour les familles. Les jeunes filles sont alors incitées à trouver les « fils de capo », qui va progressivement se transformer et limiter au mari blanc avec la baisse de l’attribution des bourses. Aujourd’hui encore, l’impact des familles étant toujours important dans le choix de vie des jeunes camerounaises, il n’est pas rare de les voir chercher leur « bon blanc » aux frais de leurs familles qui les encouragent. 



Une contribution plus qu’importante de la part (non) religieuse

Avec près de 34% de catholiques, 20% de musulmans, 17% de protestants et non pas moins de 26% de pratiquants de religions animistes, le Cameroun est l’un des rare pays d’Afrique ou le Droit n’est pas d’essence religieuse. Contrairement, aux Etats musulmans, la femme y est « libre » de choisir son mode de vie, du moins en théorie. Une camerounaise en quête de « son blanc » aura donc plus le sentiment de se soumettre au jugement de ses compatriotes plutôt que de braver un interdit (nda : selon le droit musulman, une femme ne peut épouser un prétendant non musulman par exemple). Il va donc de soi que la morale commune au Cameroun se base sur des principes laïques, garantissant normalement l’autonomie et l’indépendance des femmes. Cependant, elle reste tout de même soumise au droit traditionnel, caractéristique à chaque ethnie.

Image and video hosting by TinyPic


Un phénomène qui varie selon les ethnies
C’est un aspect qui lorsqu’il est évoqué  installe un certain malaise tant il peut très vite revêtir un caractère tribaliste. Pourtant, les constats montrent que le phénomène touche essentiellement les femmes du centre, précisément Beti (nda: je suis moi même Beti, juste pour précision). Le Nord est en effet resté musulman du fait que, difficilement accessible, les puissances coloniales durent exploiter les structures locales pour diffuser la scolarisation. Les populations s’y sont donc préservées de l’influence coloniale. A l’Ouest, les Bamilékés sont une ethnie souvent comparée à la communauté juive, d’une part parce que ce sont de très bons commerçants, mais surtout parce que ce qu'ils constituent une communauté très fermée. L’identité bamiléké ayant survécu à la colonisation, la pratique des rites mortuaires typiques comme le culte des crânes exclut d’emblée quiconque n’appartient pas au groupe ethnique. Quant aux Sawa, peuples côtiers, ils jouissent d’emblée d’une position favorable lors de la colonisation dans la mesure où ils servaient d’intermédiaires entre les européens et les populations de l’intérieur, ce qui permit d’asseoir leur hégémonie et donc de subir une "influence plus ou moins maîtrisée". Les Beti, communauté à l'origine ouverte cette fois-ci, semblent donc être parmi les seuls dont la colonisation ait considérablement altérés "l'identité".


D’où la « pseudo-modernité » des femmes camerounaises

Au vu des points précédemment évoqués, la femme camerounaise apparaît donc à la base comme une femme indépendante et autonome, tout de même tenu en joug par l'influence de son entourage. Orientée par celui-ci, elle devrait pouvoir choisir la trajectoire qu’elle  désire sans véritable obstacle comme la religion. A cela, on peut ajouter son caractère « moderne » auquel à fortement contribué le formatage ayant eu lieu durant la colonisation. Dès les premières migrations, les camerounaises vont effet se distinguer par le taux élevé d’alphabétisation, leur rejet manifesté de la polygamie et même par le fait qu’elles arborent moins que les autres africaines, le pagne. D’ailleurs, elles iront jusqu’à reprocher aux sahéliennes de porter le pagne trop souvent, en dehors des festivités familiales et autres occasions spéciales. 

Chantal Biya, 1ère Dame

La femme camerounaise : femme rebelle et entrepreneuse?

Concrètement, si vous demandez à une camerounaises, fière de « ne croquer que dans du blanc », le pourquoi du comment, elle vous répondra à coup sûr que c’est « parce que l’homme noir lui en a fait voir de toutes les couleurs ». Mais dans quel pays d’Afrique les femmes ne diraient-elles pas ça de leurs hommes ? Et bien pour beaucoup de camerounaises, dans les autres pays d’Afrique, c’est surtout parce que les femmes « acceptent leur situation » à l’inverse des camerounaises. Ainsi, les camerounaises rechercheraient donc le mari blanc d’abord pour boycotter l’homme noir réputé  « brute » , « infidèle » et j’en passe (Nda: vous remarquez aussi que c'est tout sauf une question purement physique. Ce n'est en effet pas comme si elles se retournaient systématique sur le moindre blanc). Elles retrouveraient donc en l’homme blanc ce qu’elles n’arrivent pas à faire intégrer à leurs hommes. D’autant plus que, cela fera un autre débat, mais les hommes blancs attirés par les femmes noires, sont pour beaucoup très « maniables ». Toujours est-il qu’on peut se demander si c’est ainsi qu’elles comptent changer les choses. Par la fuite ? Surtout quand on voit beaucoup revenir (par "derrière") vers le noir parce que mine de rien, ça reste un « bon coup ».

Femme camerounaise

En définitive
La femme camerounaise serait donc une femme indépendante, autonome, et qui prend les choses en mains pour s’échapper de sa situation plus ou moins « précaire ». De plus, allez savoir pourquoi, mais la camerounaise aime encore plus que les autres femmes que l’on s’occupe d’elle, d’où sa réputation de femme matérialiste et vénale. Ajoutez-y à cela le fait que la femme africaine, par définition est très mature, vous aurez une explication quant à la première moitié de l’écart d’âge  que l’on peut noter pour certaines, entre elles et leurs conjoints. L’autre moitié s’expliquerait par le fait que les « vieux la ramènent moins que les jeunes ». Ils auront plus intérêt à les couvrir de présents et de câlins (avec modération pour les câlins) car jeunes, elles peuvent plier bagages à tout moment.

Ouverture:
Finalement, dans la mesure où pour BEAUCOUP de femmes africaines, le mâle africain est un « cas social » dont beaucoup « font avec », la différence entre les camerounaises et les autres ne serait-elle finalement pas que elles, « elles le font » ? Que elles, elles expriment (certes de la pire manière selon moi), leur « y en a marre » ?
Peut-finir en allant jusqu’à dire que la camerounaise compte parmi les plus émancipées en matière de gente féminine sur le continent noire ? (car c’est bien ce que certaines sous-entendent). Il est évident que l’on puisse se poser des questions quant à l’éthique d’une femme qui, ne pouvant « recadrer son homme noir », décide de se donner à défaut, à l’homme blanc. Mais au-delà de l’éthique, comment appelle-t-on le fait de décider de faire ce que l’on veut, en acceptant d’essuyer les critiques des « nôtres » et l’opinion publique ? (guidé par le fait que l’humain aspire d'abord à son confort et à sa tranquillité).


Notes: bien entendu, l'article survole volontairement le passage sur l'impact de la colonisation sur les différentes ethnies, tant le sujet est plus complexe. Je n'ai vraisemblablement pas le savoir nécessaire pour l'aborder et me limite à l'essentiel. 

20 commentaires:

  1. Il est bien ton article. J'avais deja entendu parler d'une histoire du genre, selon laquelle les camerounaises-certaines- seraient attirees par les blancs. Je suis Congolaise(Congo brazza)et c'est vrai que les couples mixtes ou c'est la femme qui est noire, sont assez rares.Cependant, les jeunes filles qui revent de leur "blanc" sont pour la majorite- dans mon pays- des filles qui n'ont pas ete loin a l'ecole- loin du niveau brevet-, vivent dans une famille a difficulte financiere et pensent que leur blanc va les amener en Europe-lol- et qu'elles vivront une vie pafaite. C'est clair, la colonisation est pour beaucoup de choses...

    RépondreSupprimer
  2. j'aime beaucoup ton analyse, et meme si tu la survole, je pense que faire la différence entre ethnies étaient primordiales.
    Je suis d'origine sénégalaise et zairoise. Coté Zaire, ce phénomene est particulièrement rare. En revanche, coté Sénégal, les couples mixtes ne sont pas rares du tout. Au sénégal, en plus de l'éthnie qui joue un role dans l'attrait pour le blanc ou plutot "la suppression de l'interdit", il y a aussi le phénomène de castes. Les couples mixtes sont tres rares dans les familles nobles, mais beaucoup plus répandues chez les griots, forgerons et les esclaves.

    J'avais lu ou vu que c'est le même phénomène en Inde.

    Pour en revenir au Cameroun, je pense que les femmes Camerounaises sont en effet tres indépendantes et l'affichent. C'est le cas dans de nombreux pays d'Afrique, sauf qu'elles l'affichent moins, peut etre par "respect" pour l'ordre social établi : père chef de famille, bla bla bla.
    mais nos sociétés sont essentiellement matriarcales, on est les boss quoi qu'il advienne! Ah ah ah

    Bon sur ce, joyeux noel

    RépondreSupprimer
  3. Ton article, tout comme les autres présents sur ce blog, est vraiment bien.
    Je suis africaine, et j'avais cette image pas très méliorative des camerounaises, mais quand on réfléchit, tout s'explique en fait.

    Très bon article en tout cas ;

    Priscille (ah et joyeux noel !)

    RépondreSupprimer
  4. en tant que camerounaise et fille de la côte, je ne peux qu'adhérer à tes idées!! j'ai tant et tant de cousins du village métisses que ça en devient abérrant!
    Les femmes camerounaises sont assez libres.. (je crois même qu'elles ont eu le droit de vote avant les françaises!!)
    Malheureusement, nous avons bâti nos idéaux par contradiction avec notre vécu. Si le noir est mauvais, c'est que le blanc est bien..
    De toutes les manières, vive le Cameroun!! Vive le métissage!!!

    RépondreSupprimer
  5. "...mais beaucoup plus répandues chez les griots, forgerons et LES ESCLAVES."

    Traduction ? Pourquoi tu parles d'esclaves ?

    RépondreSupprimer
  6. Cependant, je crois que les camerounaises qui "cherchent leur blanc" sont tout aussi nombreuses que les noirs qui ne jurent que par des blanches. Pck entre nous combien de noirs dénigrent leurs semblables féminines..., combien aurait même honte de sortir dans la rue au bras d'une de leur semblable..., combien sont persuadés, comme les femmes camer, que s'afficher avec une blanche est preuve "d'élévation sociale"...


    Et oui effectivement tout ça s'explique par la colonisation, l'esclavage et toutes ces théories inculquées que beaucoup se plaisent à dire que "c'est loin, c'est fini mtn faut évoluer". Et c'est surtout loin d'évoluer tant que l'Afrique, les Africains et surtout les dirigeants Africains ne se rendront pas compte qu'ils se font entuber par le reste du monde.

    RépondreSupprimer
  7. @Bellebene
    Tu as parfaitement raison quant à la différence entre ethnies. Après le camerounais maîtrisant déjà eux même très mal ces différences, j'ai pensé que les 'autres' africains auraient encore plus de mal à le comprendre, car eux ne font pas de différence ethniques: une camer est une camer!
    Je pense en effet qu'il faille laver son linge sale (cad les questions internes -ethniques) entre camerounais, sous peine de 'descendre l'image' d'une ethnie particulière et de la soumettre au critique de toute un continent!

    RépondreSupprimer
  8. @Melween
    Inutile de se voiler la face: l'esclavage existe TOUJOURS sur le continent africain, notamment dans la population musulmanes et certaines écoles coraniques suffisent pour annoncer la couleur. Je pense que c'st de cela que parlait Bellebene en parlant d'esclaves... (Qu'elle me corrige si j'me trompe)!

    Après je ne suis pas du tout d'accord avec toi sur le point que les camerounaises seraient similaires à ces 'noirs qui ne jurent que par des blanches'. Tu dis que 's'afficher avec une blanche est preuve "d'élévation sociale"...'. Or je vois là une contradiction avec la conception que le mâle noir a souvent, très machiste. Pour lui, or de question que ce soit la femme qui lui élève socialement. Et quand bien c'est le cas, il fera toujours en sorte de faire croire que c'est bien grâce à lui. Alors l'idée selon laquelle nous serions avec des blanches pour mieux paraître aux yeux des gens me paraît prématurée. bien entendu il existe des complexés qui justifieront toujours le fait qu'ils n'aiment pas les femmes noires, mais ils font exception et ce n'est pas la même chose que les camerounaises. Comme je le mentionne ce qui rend l'attirance de celles-ci non anodin c'est surtout le fait que c'est pas une question de physique. Ces femmes dont je te parle n'aiment pas les hommes blancs pour leurs yeux verts, leur cheveux blond et co; elle ne les matent pas spontanément dans la rue, bien au contraire, elles disent souvent mater les hommes noirs. Seulement vis-à-vis de ce que le blanc représente, leur préférence va vers celui-ci. Dans le cas des hommes c'est différent, d'où le fait que beaucoup d'hommes noirs seront avec des belles blondes, et beaucoup de femmes noires avec des vieux blancs (attention je généralise volontairement). Après, je ne te parle pas de ceux qui le font pour les papiers, et les exceptions qui correspondent plus à ce que tu décris.

    RépondreSupprimer
  9. Oui c'est vrai que le contre argument que j'ai pris n'est pas tout à fait comparable à l'idée de ton article. Mais bon...

    Pour continuer dans ma lancée, je réitère que bcp de noirs ont clairement honte de leurs semblables féminines et préféreraient s'afficher aux bras d'une blanche, aussi bidon soit-elle, plutôt qu'avec une noire, que cette dernière soit bidon ou jolie. J'habite dans le nord, prés de Lille et personnellement j'ai très très très rarement vu des jeunes couples noir/noire, mais quand je te dis très très très rarement, c'est très très très rarement ! Ptêt que j'habite pas dans le bon coin pour en voir, mais c'est un simple constat de ma part. J'ai un peu pitié pour ces noirs là pck pour bcp ils ne se rendent pas compte que ce ne sont que des bites sur pattes pour ces filles là. Ils ne se rendent pas compte que pour elles, ils incarnent juste le mythe du noir à la grosse zigounette et doué au pieu, un animal quoi, des parfaits stéréotypes.
    Mais bon il n'y a pas que ça, il y a aussi le fait qu'à ce qui paraît le métissage est l'avenir du monde donc bon...réjouissons-nous !

    RépondreSupprimer
  10. "De toutes les manières, vive le Cameroun!! Vive le métissage!!!"

    No coment.

    Melveen t'a tout dit

    RépondreSupprimer
  11. "Anonyme"

    Merci d'être d'accord avec moi, mais je précise que quand j'ai dit "Mais bon il n'y a pas que ça, il y a aussi le fait qu'à ce qui paraît le métissage est l'avenir du monde donc bon...réjouissons-nous !", c'était purement ironique. Donc ça contraste assez avec ton "vive le métissage". Mais merci quand même lol

    RépondreSupprimer
  12. J'ai compris que c'était ironique, c'est pour ca que j'ai relevé cette phrase que je trouve abérante.

    RépondreSupprimer
  13. D'ailleurs j'ai volontairement omis de mentionner la quête d'un enfant métis dans le fait de se caser avec un blanc, bien que comme le souligne Melween ce soit également étroitement lié...
    Ce qui me laisse perplexe, c'est que TOUT le monde prône le métissage, mais que ce soit plus les noirs qui le prenne vraiment aux mots...

    RépondreSupprimer
  14. "Anonyme"

    "Abérrant" ? Et pourquoi ça ? Expliques-moi avec de vrais arguments solides et concrets pourquoi "vive le métissage" et en quoi il est l'avenir du monde ? Si t'y arrives je retire cette petite phrase ironique.

    RépondreSupprimer
  15. Lol Melween c'est un quiproquo! je crois que c'est le "Vive le métissage" que 'Anonyme' trouve aberrant et non ta phrase. Au contraire, je crois qu'elle a relevé la phrase en question pour appuyer tes propos, comme pour dire "tu as raison Melween, la preuve..." ;)

    RépondreSupprimer
  16. Ho mince ! Y'a effectivement un quiporquo ! Mdrr la boufonne que je fais moi ! Je viens de relire son 1er post et effectivement la phrase qu'elle a relevé était bien mise entre parenthèse, autant pour moi...

    (merci de me l'avoir fait remarquer Blingcool ;))

    RépondreSupprimer
  17. @ melween : je parle d'esclaves parce qu'au sénégal il y a des esclaves, c'est un phénomène qui existe tjs et on a pas attendu que le blanc arrive pour le pratiquer...
    même si certains ne sont pas en servitude, ils sont tjs considérés comme tel... c'est bien triste...

    Avant la révolution en france il y avait les nobles, le clergé et le Tiers Etat, c'est exactement la même chose

    @ blingcool : tu as tout compris ;o)

    sur ce, bon 31 !

    RépondreSupprimer
  18. "Bellebene"

    Merci pour l'explication, oui c'est triste...

    RépondreSupprimer
  19. Le débat est vieux mais désolé, je viens seulement d'en prendre connaissance. Il n'en est pas moins intéressant. Je n'avais pas spécialement fait attention à ce phénomène; d'emblée comme ça, j'aurais dit que c'étaient les sénégalaises qui avaient la palme du mariage avec les Blancs. Mais en y réfléchissant bien,c'est pas faux...
    Mais je te contredis sur cette partie :
    "Ces femmes dont je te parle n'aiment pas les hommes blancs pour leurs yeux verts, leur cheveux blond et co; elle ne les matent pas spontanément dans la rue, bien au contraire, elles disent souvent mater les hommes noirs. Seulement vis-à-vis de ce que le blanc représente, leur préférence va vers celui-ci. Dans le cas des hommes c'est différent, d'où le fait que beaucoup d'hommes noirs seront avec des belles blondes, et beaucoup de femmes noires avec des vieux blancs (attention je généralise volontairement)". Tu vis dans quel quartier de la France mon frère? Toi tu vois beaucoup de noires avec de jolies blanches?? ça existe hein mais ils sont peut-être 5% sinon la plupart des cas que MOI je vois, le noir est souvent avec une blanche visiblement plus vieille ou alors très souvent une fille en surpoids, en tout cas c'est généralement une fille qui n'est pas physiquement avantagée par rapport au mec de un et de deux, qui ne correspond pas à l'idéal féminin de sa société, c'est à dire qu'auprès de ses "frères" même, elle aurait peu de succès sur le critère physique. Je ne dis pas que c'est tout le monde mais de ce que moi je constate, c'est les cas les plus nombreux. Donc je suis d'accord avec Melveen pour dire que les motivations ne diffèrent pas tant du côté masculin que du côté féminin quant à la perception de ce que le blanc représente. Y a des noirs canons mais qui vont toujours préférer sortir avec une blanche bôf qu'une belle noire parce que la blanche c'est quand même mieux, pas que physiquement il est forcément très attiré mais il se voit pas psychologiquement avec une noire. Le blanc fait élevateur social pour l'homme comme pour la femme, ce n'est pas exact de dire que les hommes le font par pure attirance physique et les femmes pour ce que le blanc représente.Le côté macho dont tu parles là est de nul effet dans le cas de la mixité. Dans ce cas, c'est le fait d'avoir une femme blanche à ton bras qui te valorise (soi disant), les noirs se font aussi bien entretenir par des blanches non? et dans ces cas là, où est le côté macho? Ce côté là ne marche QUE entre noirs.

    RépondreSupprimer
  20. Je pense que le malentendu vient du fait que tous les deux/trois, nous ne fassions pas la distinction entre les immigrés et les descendants d'immigrés ou plus généralement notre génération (les jeunes). J'entends par là que toi comme moi ne ferions pas forcément impasse sur le physique dans le choix de nos partenaires, comparé à celui ou celle qui vient du pays et qui a une certaine image de l'Occident et en particuliers du blanc. D'où le fait que ce dont on parle ne s'applique pas vraiment à pour lesquels les couples mixtes ne sont pas aussi contrastés.
    Maintenant je campe sur mes positions: je ne vois pas du tout en quoi une femme blanche serait valorisante pour un homme noir. Je n'ai jamais perçu ce genre de conception chez mes homologues. Une belle femme est valorisante mais je ne suis pas sûr que le caractère y soit pour quelque chose. Une femme claire de peau/métisse par exemple est exhibée comme un trophée chez certains hommes mais une femme blanche ce n'est pas la même chose. Et oui, certains hommes se font entretenir par leurs femmes blanches ou noires, mais il ne l'avoueront jamais. Et c'est là que je parle de machisme. Pour certains africains par exemple, c'est encore humiliant d'être en couple avec une femme qui gagne des revenus plus important que nous. D'autres vivent au crochet de leurs femmes à condition que tout le monde pense que ce sont EUX qui sortent les sous alors que c'est bien leur épouse (anecdotique).

    RépondreSupprimer

Ah, c'est bien, faut pas faire timide comme ça! Merci

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.